Le MHR commence à regarder en bas

  • Après s’être fait prendre en étau par les Rochelais, les coéquipiers de Mikheil Nariashvili devront relever la tête face aux Toulousains. Ce qui ne sera pas une mince affaire.
    Après s’être fait prendre en étau par les Rochelais, les coéquipiers de Mikheil Nariashvili devront relever la tête face aux Toulousains. Ce qui ne sera pas une mince affaire. Hugo Pfeiffer / Icon Sport - Hugo Pfeiffer / Icon Sport
Publié le

Complètement passés au travers à La Rochelle, les Héraultais sont en danger. Et la venue de Toulousains pleins de confiance n’augure rien de bon…

Il y a une dizaine de jours, nous titrions ceci, dans ces mêmes colonnes : « Montpellier n’est plus très loin. » Le MHR venait d’encaisser une énième défaite (sa septième de la saison en dix matchs), cette fois face aux Anglais des Wasps en Champions Cup. Une défaite nette certes (33-14, avec bonus offensif pour les joueurs de Coventry), mais porteuse de quelques espoirs qui continuaient de se dessiner semaine après semaine : une belle force de caractère, une mêlée et une touche enfin correctes, des retours remarqués (notamment ceux de Benoît Paillaugue et de Louis Picamoles), et quelques recrues qui semblaient enfin s’approcher du niveau escompté, comme l’Anglais Alex Lozowski. On se disait qu’avec tout cela, les Cistes étaient tout proches d’une victoire ou au moins d’un point de bonus décroché à l’extérieur, et pourquoi pas ramené de La Rochelle, leurs adversaires suivants…

Et ? Et rien du tout. Les Montpelliérains se sont une nouvelle fois inclinés. Seulement, cette fois, ils n’avaient pas la moindre excuse ou la moindre circonstance atténuante. Battus d’emblée dans l’engagement, amorphes, maladroits, incohérents (rien que ça), les Héraultais ne sont jamais arrivés à la cheville d’un opposant pourtant affaibli après un tout petit quart d’heure de jeu, moment où la poutre de son pack (le surpuissant deuxième ligne Will Skelton) fut expulsée définitivement du terrain. 

Leaders, levez-vous !

À la fin du match, la réalité était une nouvelle fois dure à voir pour le manager Xavier Garbajosa : « En termes d’état d’esprit, on a été complètement absent, il n’y avait rien. On a pédalé à côté du vélo. On n’a pas donné une bonne image, on a manqué notre entame, à l’image de nos premiers plaquages. » Et le technicien de s’interroger : « Comment on a pu passer de là (en levant le bras) à là (en l’abaissant au maximum) ? Quand on n’y est pas, cela ne pardonne pas, encore plus contre La Rochelle. »
Imaginez ce qu’un tel non-match pourrait donner face aux Toulousains… Imaginez quel score pourrait indiquer le tableau d’affichage du GGL Stadium, samedi soir aux alentours de 19 h 30 si les Cistes venaient à laisser les Toulousains développer leur redoutable jeu ? Pour rappel, les hommes d’Ugo Mola viennent de passer rien de moins que 45points à l’UBB, alors que cette dernière n’accusait que trois points de retard à la 50e minute, avant de perdre le fil stratégique de son match… Fermez les yeux, et imaginez…

Maintenant ouvrez-les et regardez le classement du Top 14. Montpellier pointe toujours à la douzième place. Avec trois matchs en retard certes, mais il ne compte qu’un point d’avance sur des Castrais (deux matchs de retard) qui, eux aussi, déçoivent en cette saison 2020-2021, et quatre de retard sur Bayonne (un match en retard) et Pau (aucun match reporté). Voilà pourquoi les Cistes commencent à regarder en bas. Car après avoir reçu l’ogre toulousain, les hommes d’Arthur Vincent se déplaceront à Brive où le Lou, prétendant légitime à la qualification, vient de se casser les crocs.

Alors ? On fait quoi ? On attend gentiment le naufrage des autres en priant pour éviter le barrage face au finaliste de Pro D2 ou on se révolte ? À ce titre, les leaders du MHR doivent prendre leurs responsabilités. À Deflandre, seulement deux Montpelliérains ont surnagé : les troisième ligne internationaux Yacouba Camara et Louis Picamoles. Au sortir de la défaite rochelaise, ce dernier déclarait ceci : « il va falloir enclencher la marche avant parce que, sinon, ça va être long. Un grand match nous attend la semaine prochaine. On va essayer de commencer 2021 mieux qu’on a terminé 2020. » Ce serait effectivement une bonne chose. Car la situation devient urgente.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?