Le Racing 92 avec quelques stars au Michelin

  • Wenceslas Lauret aura fort à faire face au pack clermontois.
    Wenceslas Lauret aura fort à faire face au pack clermontois. Icon Sport
Publié le

Après avoir largement fait tourner son effectif contre Agen, le Racing devrait ressortir les cadors du formol, en Auvergne…

Emiliano Boffelli, l’arrière des Pumas et des Jaguares, est arrivé dans les Hauts-de-Seine en début de semaine. Dans son sillage, plusieurs interrogations demeurent : où jouera donc celui que l’on considère, en Argentine et ailleurs, comme le Jordie Barrett sud-américain ?

Mike Prendergast, l’entraîneur des trois-quarts franciliens, analyse en préambule : «L’important, c’est qu’Emiliano Boffelli soit polyvalent. Il peut jouer numéro 10, ailier, centre ou arrière et son profil, durant le Tournoi des 6 Nations notamment, sera indispensable à l’équipe. […] Cette semaine, je l’observerai à l’entraînement et déciderai où il nous sera le plus utile, à l’instant T. […] Emiliano Boffelli, c’est un joueur excitant, grand, costaud, doté d’un bon jeu au pied et d’une certaine assurance sous les ballons hauts. J’espère qu’il s’intégrera vite à notre projet.» 

À l’arrière, où cohabitent déjà Kurtley Beale, Louis Dupichot, Simon Zebo et, à degré moindre, le jeune Max Spring, l’horizon semble quelque peu obstrué pour l’Argentin, surtout depuis que Zebo a retrouvé son niveau de jeu et négocie actuellement avec ses dirigeants une prolongation de contrat. Comme son compère du triangle d’attaque Teddy Thomas, Simon Zebo ne sait donc toujours pas si son avenir s’écrit, à court terme, dans les Hauts-de-Seine et à ce sujet, le verdict devrait d’ailleurs tomber début février, avant que ne débute le Tournoi des 6 Nations.

Chat, Iribaren, Russell entrent en piste

Au-delà des problèmes de riche que posera probablement l’intégration de Boffelli dans les rangs du Racing, il y a, pour les soldats de Laurent Travers et Mike Prendergast, un déplacement important à négocier ce week-end, en Auvergne.

Prendergast, l’ancien demi de mêlée du Munster, poursuit : «Nous irons chercher la victoire à Clermont, face à une très bonne équipe démarrant ses matchs sur un tempo élevé. Pour nous, le défi est de taille mais d’évidence, nous devons nous fixer des objectifs importants."

En ce sens, les Racingmen devraient pouvoir compter sur les retours à la compétition de leurs stars, qu’elles se nomment Camille Chat, Finn Russell, Bernard Le Roux, Teddy Iribaren, Simon Zebo, Donovan Taofifenua ou encore Wenceslas Lauret.

Ces joueurs, considérés comme indiscutables dans les Hauts-de-Seine, auront pour mission de maintenir le rythme imprimé par les présumées doublures, le week-end dernier contre Agen. «Le but, enchaîne Prendergast, c’est de monter cette nouvelle vague le plus haut possible et de créer une réelle concurrence au sein du groupe. Le Top 14 est un marathon en soi. Mais il nous a fallu, en plus, disputer les phases finales de la dernière Champions Cup et la nouvelle édition européenne ayant débuté il y a trois semaines. En ce sens, pouvoir bénéficier d’une telle amplitude dans le groupe est utile.»

En tête de sa poule européenne et troisième du Top 14 avec un match de moins que La Rochelle et Toulouse, le Racing marche actuellement sur l’eau mais a aussi conscience de ce qu’il lui reste à travailler. Prendergast conclut : «Il y a toujours des choses à améliorer. Généralement, nous nous procurons beaucoup d’occasions d’essais mais nous ne les concrétisons pas toutes. Ce fut le cas contre le Connacht en Coupe d’Europe et, plus près de nous, en championnat contre Agen. Si l’on veut être un jour les meilleurs, il faut donc désormais apprendre à finir chaque opportunité.»

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?