Lombard : « Une deuxième chance à Pablo Matera »

  • Pablo Matera a retrouvé les terrains ce week-end face à Pau.
    Pablo Matera a retrouvé les terrains ce week-end face à Pau. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Peu avant que les Parisiens n’accueillent Brive à Jean-Bouin, le directeur général du Stade français revient sur le dossier Matera ayant agité l’actualité du club.

Sixième après douze journées de Top 14 et comptant toujours un match en retard, le Stade français est, pour l’instant, raccord avec les objectifs qu’il s’était fixés en début de saison. Thomas Lombard, le directeur général du club, explique en préambule : «Cette année, nous sommes plus en adéquation avec notre niveau réel et notre potentiel. Mais tout reste encore fragile : il y a, par exemple, de la frustration par rapport à des matchs que l’on aurait pu gagner d’un cheveu, face au Racing, à Lyon ou à Pau… En clair, on doit être plus "tueur" en fin de rencontre, où on laisse encore trop l’initiative à l’adversaire.» 

Dans la voie qu’ont tracée les soldats roses en début de saison, la réception du CAB ce week-end s’annonce déterminante : «Brive est une équipe nous ayant joué des tours ces derniers temps, poursuit Lombard. Il nous faut donc rester concentrés, respectueux. […] En Top 14, il ne suffit pas d’avoir des bons joueurs : il y a en effet, chez toutes les équipes compétitives du championnat, une dimension mentale primordiale, surtout sur ces matchs d’hiver.»

 

Lombard : "Les joueurs ont pris ça en pleine gueule"

Face à Brive, Gonzalo Quesada devrait repositionner Pablo Matera, remplaçant dimanche en Béarn, dans le 15 majeur parisien. À ce sujet, le dossier entourant le capitaine des Pumas, auteur de "tweets" racistes en 2012, est-il aujourd’hui clos ?

Thomas Lombard reprend : «Le dossier sera scellé quand Pablo aura fait tout ce qu’il faut. Pour le moment, il y a eu des paroles qui ont touché. Maintenant, des actes doivent être ajoutés à ces mots. […] Pour tout vous dire, Pablo Matera a été irréprochable depuis qu’il est au club et ceci a provoqué une incompréhension encore plus forte de la part des joueurs. Ils ont pris ça en pleine gueule : en fonction des caractères, du vécu des uns et des autres, la pilule passera donc avec plus ou moins de facilité. Cela prendra un certain temps, pour quelques-uns.»

D’évidence, les soldats roses ne délivreront pas leur pardon au même rythme et, pour Gonzalo Quesada et son staff, l’urgence sera de gérer au mieux la cicatrisation de la plaie. Lombard conclut ainsi : «Ce qui a été fait est lourd mais nous avons du respect pour l’homme qu’est devenu Pablo Matera, depuis les faits. Au club, entre les joueurs et lui, les choses ne se sont pas réglées dans un bureau mais en toute transparence, à l’intérieur du vestiaire. La parole s’est libérée, tout le monde a donné son point de vue : on ne peut pas tout excuser mais on peut, surtout, tenter de donner une deuxième chance.»

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?