De la rage au cœur : à Lyon, Castres a réussi le coup parfait

  • Benjamin Urdapilleta et les Castrais ont réussi une énorme coup à Lyon
    Benjamin Urdapilleta et les Castrais ont réussi une énorme coup à Lyon Icon Sport
Publié le

Avec une victoire surprise sur la pelouse de Lyon, Castres sort de la zone rouge et enfonce un peu plus Montpellier qui se retrouve désormais treizième.

Le Castres olympique s’est donné un vrai bol d’air sur la pelouse de Gerland. Une victoire d’un petit point à Lyon mais qui vaut de l’or dans la situation actuelle des Tarnais. Entre la semaine agitée et le scénario du match, ce succès pourrait donner un véritable coup de fouet aux Castrais qui commencent parfaitement cette nouvelle année. Piqués au vif après le départ de Stéphane Prosper, remplacé par le revenant David Darricarrère en milieu de semaine et la nomination au poste d’entraîneur principal de Pierre-Henry Broncan, les joueurs du CO se sont vraiment envoyés sur le terrain pour prouver «qu’ils feraient tout pour sortir le club de cette mauvaise situation», comme le confiait Wilfrid Hounkpatin avant la rencontre.

Montpellier dans le brouillard

Si l’envie de bien faire était évidemment présente au coup d’envoi, tout aurait pu mal tourner avec le carton rouge reçu par Yann David après moins de quatre minutes de jeu et l’essai du deuxième ligne du Lou, Izack Rodda, quelques minutes après l’exclusion définitive du trois-quarts centre. Mais ce samedi soir, les Tarnais avaient décidé de tout donner pour réussir ce premier match de 2021. Bien aidés aussi par les nombreuses imprécisions des Rhodaniens, les hommes du manager Mauricio Reggiardo ont fait un match à la « castraise », comme ils savent si bien le faire. Avec peu de possession du ballon, les hommes du CO ont défendu corps et âme leur ligne avant de saisir la première opportunité pour marquer un essai par Anthony Jelonch, par ailleurs impressionnant ce samedi.

Galvanisés par l’envie de se battre les uns pour les autres et malgré la large domination de Lyon, le capitaine Mathieu Babillot et ses coéquipiers affichaient un état d’esprit irréprochable en résistant notamment à des séquences de plusieurs minutes de large-large, censées épuiser les organismes des Castrais en infériorité numérique.

La discipline a aussi été l’un des éléments clés du match parce que contrairement à son habitude, les visiteurs n’ont concédé que dix pénalités contre une moyenne de treize depuis le début de la saison. Ils n’ont pas commis «les fautes évitables qui donnent des points faciles aux adversaires», selon l’arrière Julien Dumora. Le courage des Tarnais a été héroïque durant ce match et l’envie montrée a été récompensée par l’essai de la victoire de Geoffrey Palis à la 74e minute. Une victoire exemplaire qui permet donc aux Bleu et Blanc de repartir de ce déplacement avec un succès mais qui permet surtout de s’extirper de la treizième place barragiste.

Ce succès est doublement bénéfique qu’il a des répercussions sur Montpellier. Défaits à domicile pour la troisième fois de la saison face au Stade toulousain ce week-end, les Héraultais sont en plein doute et occupent désormais l’avant-dernière place du championnat. Et malgré les trois matchs en retard, les sept défaites en dix matchs disputés et les deux cent soixante-seize minutes sans essais marqués ont eu raison du manager Xavier Garbajosa qui a été écarté et remplacé par Philippe Saint-André. Une réaction est vite attendue dans l’Hérault, à commencer par le match en retard face à un Lyon en difficulté mercredi à 18 h 45.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Damien Souillé
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?