Toulon : si loin, si proches...

  • Mahamadou DIABY (Bordeaux) et Gabin Villière (Toulon).
    Mahamadou DIABY (Bordeaux) et Gabin Villière (Toulon). Icon Sport
Publié le

Malgré sa domination en mêlée, le rct a concédé une nouvelle large défaite à Chaban. Décourageant ? Pas tant que l’on pourrait le penser à la lecture du score…

Le RCT a-t-il vraiment progressé depuis un an et demi et sa dernière venue à Chaban-Delmas ? On pourrait avancer que non, à la simple lecture de scores d’ampleurs comparables (34-12 en 2019, 31-18 en 2021). Seulement voilà, en rugby tout n’est heureusement pas aussi clair, ou aussi simple. Et il convient parfois d’aller chercher au-delà des apparences…

À ce titre ? On ne pourra pas aller jusqu’à nier que les Varois n’ont pas réalisé une bonne première mi-temps, ainsi qu’en attestèrent les remplacements dès la pause d’Erwan Dridi ou de Julien Ory par un staff varois en quête de solutions. Mais la vérité demeurait malgré tout un peu plus nuancée que le cinglant 20 à 6 affiché au tableau d’affichage et devait tout autant aux fulgurances bordelaises qu’à certaines errances des Toulonnais à l’instant de conclure leurs temps forts. À l’image d’un Gabin Villière qui, repositionné au centre en première mi-temps, s’est parfois compliqué la tâche dans les zones de marque, avant de retrouver de la simplicité et de l’efficacité une fois revenu sur son aile…


L’improbable tournant de la 49e

La preuve en fut d’ailleurs donnée dès le retour des vestiaires, avec ce premier mouvement d’ampleur amené par Nonu et conclu par Toeava, première étape d’une possible remontada… Le truc ? Il est malheureusement qu’un des tournants du match intervint à la 49e où, sur une pénalité qui aurait pu permettre à Carbonel de ramener les siens à 6 points de l’UBB, M. Cardona appliqua le règlement à la lettre en annulant le coup de pied pour avoir été botté une demi-seconde trop tard. Décision lourde de conséquences puisque, dans la foulée, les Toulonnais se retrouvèrent de nouveau à -14, après l’essai de Buros… De quoi susciter évidemment une immense frustration chez les Varois, que Patrice Collazo eut toutefois le bon goût de ne pas faire reposer sur d’autres épaules que celles de son équipe.

« Bordeaux a été pragmatqiue. L’UBB a joué pour gagner et nous, on a joué pour voir ce qu’il allait se passer, en attendant un coup du sort, et c’est insuffisant. On a été présents dans l’occupation, en mêlée, mais ça a débouché sur que dalle…  » L’unique leçon à retenir in fine de cette partie étant que, malgré les apparences du score, le RCT semble beaucoup moins loin de l’UBB que la saison dernière. Ne lui reste désormais plus qu’à gommer certaines scories qui font - encore - la différence, et ne dépendent pour la plupart que de lui-même…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?