La Nationale reprendra ce week-end, les autres divisions face au spectre de la saison blanche

  • La Nationale reprendra ce week-end, les autres divisions face au spectre de la saison blanche
    La Nationale reprendra ce week-end, les autres divisions face au spectre de la saison blanche Jean Paul Thomas / Icon Sport - Jean Paul Thomas / Icon Sport
Publié le , mis à jour

C’est la question qui angoisse toute la frange du rugby français qui n’a pas les honneurs de Canal +,  à savoir la population des niveaux amateurs: la saison va-t-elle pouvoir reprendre en 2021? À ce titre, c’est évidemment le flou qui prédomine. Si les clubs de Nationale vont bien pouvoir reprendre au 10 janvier ainsi que les espoirs nationaux de par leur statut «professionnel », pour le reste, c’est encore l’inconnue… pour l’instant.

«Comme tout le monde, on est dans l’attente de l’évolution de la situation sanitaire et des annonces du Ministère des Sports qui devraient intervenir dans le courant de la semaine prochaine, explique le vice-président en charge des compétitions amateurs, Patrick Buisson. On espère que l’on pourra reprendre fin février selon la formule qui a été envisagée, à savoir neutraliser la phase aller et jouer la phase retour dans son intégralité. » Mais si cela ne pouvait malheureusement pas être le cas ? Alors, sans jouer les oiseaux de mauvais augure, le spectre de la saison blanche reviendra forcément hanter le rugby amateur…

«Cela dépendra à quel moment on pourra reprendre, mais cela paraît compliqué de faire monter ou descendre des clubs alors qu’on n’a disputé que six journées, estime Buisson. On ne peut pas jouer une saison qui ne s’est disputée que sur deux mois et demi. Surtout que la difficulté d’un championnat fédéral serait de s’adapter à une carte nationale. Or, toutes les régions ne sont, pour l’heure, pas logées à la même enseigne en termes de couvre-feu… Il faut être lucide : à l’impossible, nul n’est tenu. Si on ne peut pas reprendre, ce ne sera pas de notre faute. J’entends que certains effectuent des calculs, voudraient rebattre les cartes, redistribuer des poules… Mais à un moment donné, il faut respecter les clubs. Une équipe qui a gagné ses six matchs lors des six premières journées acceptera-t-elle de repartir de zéro, dans une autre formule ? Je ne le pense pas… »

D’autant que, en l’attente des décisions du Ministère, une autre division demeure en stand-by, à savoir la Fédérale 1 dont les clubs s’étaient mis d’accord pour une reprise au 30 janvier. Un vœu qui semble toutefois bien pieux, si ces rencontres devaient se dérouler à huis clos. «En Nationale, les clubs ont des finances supérieures à celles de la Fédérale 1 et qui pourraient leur permettre de tenir un certain temps, précise Buisson. Mais en Fédérale 1, la reprise de la compétition est bien évidemment conditionnée à l’accès du public. On ne peut pas imposer à ces clubs une saison à huis clos, et encore moins aux Fédérales 2 et 3. À ce sujet, on peut estimer que notre sort sera conditionné à celui des bars et des restaurants. Si ces établissements peuvent rouvrir, on peut imaginer que le public pourra revenir au stade et que l’on pourra de nouveau organiser des repas d’avant-match, des buvettes. Mais pour l’heure, on n’en sait rien. »

L’unique bonne nouvelle étant que les réponses devraient au moins arriver sous peu… 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?