Laporte-PNF : chronique d'un dossier « emplâtré »

  • Laporte-PNF : chronique d'un dossier « emplâtré »
    Laporte-PNF : chronique d'un dossier « emplâtré » Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

L’épisode des « gardes à vue », survenu fin septembre, avait mis un tel boxon dans notre minuscule univers qu’il avait arraché des larmes à Bernard Laporte et failli coûter au président de la FFR sa réélection à la tête du paquebot fédéral. Le 23septembre, « Bernie », Mohed Altrad, Claude Atcher et Serge Simon quittaient les locaux de Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) après trente-six heures de garde à vue et, à l’époque, on disait que la mise en examen ou la relaxe des protagonistes surviendrait dans la foulée. Plus de deux mois plus tard, on peut tirer diverses conclusions à ce qui apparaît aujourd’hui à nos yeux comme un délai important, voire un brave retard. D’abord, il est fort possible que le temps judiciaire soit plus long que les autres. Il est aussi envisageable que le dossier soit vide. Il est enfin probable que le nouveau procureur en charge de l’enquête considèrel’affaire comme secondaire et ait choisi de repousser son traitement aux calendes grecques…

Un nouveau procureur, donc ? Oui. Pour la simple et bonne raison qu’Éric Russo, ancien numéro 2 du Parquet National Financier et reconnu comme le magistrat ayant instruit le dossier, a quitté ses fonctions pour rejoindre, en octobre, le cabinet d’avocats américain « Quinn Emanuel » qui défend, entre autres, les fraudeurs fiscaux internationaux. On ne dit pas, ici, que le successeur d’Éric Russo au PNF remisera les liaisons supposées entre Laporte et Altrad au fond d’un placard. On dit simplement que bien souvent, un dossier judiciaire est incarné par un seul individu, qu’il soit simple enquêteur ou magistrat chargé de l’instruction dans sa globalité. Etrien ne dit que l’affaire Laporte n’accapare plus que cela le successeur d’Éric Russo au PNF. La justice suit son cours et on peut se planter, dîtes-vous ? C’est l’évidence. Mais comme nous le soufflait récemment un cador du barreau parisien, il semble bel et bien que « le dossier Laporte soit largement emplâtré ».

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?