À l’UBB, tant de trois-quarts manquent à l’appel

  • Romain Buros est le seul vrai arrière de l'effectif bordelais en ce moment, mais il traverse une période très faste
    Romain Buros est le seul vrai arrière de l'effectif bordelais en ce moment, mais il traverse une période très faste Icon Sport
Publié le , mis à jour

Pluie de blessures sur les lignes arrière bordelaises. Pas facile de retrouver Lyon dans ces conditions, même si le Lou a dû jouer un match en retard mercredi.

Voilà l’UBB aux prises avec son mois de janvier et avec les aléas d’une saison, ses hauts, ses bas, ses coups de chance et ses coups du sort. Le possible coup de chance, c’est le fait de recevoir Lyon qui a dû jouer mercredi soir un match en retard à domicile contre Montpellier. Même avec un effectif fourni, ce n’est jamais facile à négocier pour un club. Le coup du sort, c’est la série de blessures qui vient de dégringoler sur la tête des Bordelais, plus précisément sur leurs lignes arrière. Ducuing, Cros, Moefana, Cordero et on l’a appris mercredi, Seuteni, manquent à l’appel. On n’oublie pas non plus le départ de Seta Tamanivalu au Japon.

Ça commence à faire beaucoup et Christophe Urios n’a pas fait mystère de sa volonté de recruter un joker médical, sens de l’humour à l’appui. «Nos recherches visent un joueur polyvalent. L’idéal serait d’avoir une polyvalence ouvreur-centre-ailier, Jiff, pas cher, bon… C’est un peu chercher le mouton à cinq pattes.» Mais bonne nouvelle, Pablo Uberti ne sera pas suspendu, la commission de discipline l’a absous d’une possible faute à l’endroit de Romain Ntamack le 27 décembre dernier. «C’est ennuyeux parce que nous avions essayé dans notre recrutement de choisir quelques joueurs polyvalents, mais ce sont précisément ceux-là qui sont actuellement blessés. Par exemple, on n’a pas d’ailier qui peut jouer au centre. Dans l’autre sens, Jean-Baptiste Dubié plutôt centre peut quand même dépanner à l’aile» a poursuivi le manager, clair sur le plan factuel comme il en a l’habitude mais pas non plus abattu.

«C’est l’histoire de la saison. Depuis le match de Castres, nous enregistrons des blessés à tous les matchs. Nous avons quatre joueurs majeurs et décisifs blessés, c’est vrai. En plus ce ne sont pas des traumatismes qu’on aurait pu anticiper, mais de vrais accidents. Mais je vous rassure, on continue à s’entraîner dur. Vous ne m’entendrez jamais me plaindre des joueurs qui ne jouent pas. Mon boulot, c’est d’être bon avec les joueurs qui sont disponibles.»

Buros, l’homme qui enchaîne

À ce sujet, on se doute que Christophe Urios compte beaucoup sur un homme, Romain Buros, unique arrière de métier de l’effectif en ce moment. Le seul capable d’occuper ce poste puisque Santiago Cordero est indisponible et que Nans Ducuing traîne toujours une blessure vicieuse à un mollet. Buros a été excellent contre Toulon. On l’avait trouvé très bon juste avant Noël en Coupe d’Europe face aux Dragons. «Il est très bien en ce moment. Bien sûr, on est vigilant à son sujet, mais je crois que ça ne sert à rien d’alléger trop les séances. On a essayé de le faire en novembre décembre avec nos matchs face à Montpellier et le Racing, justement pour des raisons de blessures, mais ça n’a pas eu les effets escomptés. Un entraînement est de qualité quand il est engagé.»

Sur le joueur lui-même, Christophe Urios poursuit : «C’est devenu un joueur essentiel de l’équipe. Je voulais le laisser au repos à Toulouse, mais son match face aux Dragons avait été tellement impressionnant. Il est en train de s’affirmer comme joueur mais aussi en termes de leadership. Il parle maintenant et il est très robuste. Il souffrait des adducteurs dans le passé, mais il a décidé de faire un gros travail personnel. Lundi, alors qu’on était «off», il est venu faire des séances de piscine. Il se dit : «Je joue, j’enchaîne, il faut que je fasse attention.» En ce sens, il a vraiment franchi un cap.»

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?