La reprise de l’élan béarnais

  • Les Béarnais soulagés après leur belle prestation face aux Parisiens. Reste désormais à accueillir les Clermontois en plein doute. Photo Icon Sport
    Les Béarnais soulagés après leur belle prestation face aux Parisiens. Reste désormais à accueillir les Clermontois en plein doute. Photo Icon Sport
Publié le

Les Béarnais veulent confirmer le bon résultat obtenu face au Stade français mais ils ont dû stopper l’entraînement au lendemain de ce succès.

La Section rêvait à des lendemains qui chantent. Moins de 24 heures après la victoire acquise le dimanche 27 décembre face au Stade français, les Bérnais ont vu l’herbe leur être coupé sous le pied. La faute a des tests positifs au Covid-19 dès le lundi matin. Les dirigeants ont alors joué la carte de la prudence, fermant aussitôt le centre d’entraînement Macron. Il fallait éviter à tout prix une propagation du virus qui aurait certainement lourdement handicapé le club pendant plusieurs semaines. Une mesure préventive, avant même une éventuelle intervention de l’Agence Régionale de Santé (ARS), qui a permis d’obtenir l’aval de la Ligue pour retrouver la compétition dès ce dimanche, après le report de la rencontre à Bayonne comptant pour la treizième journée.

Cette décision était la bonne comme l’explique Pierre Lahore, le directeur général de la Section : «L’apparition des cas après notre rencontre disputée à Londres, où l’évolution épidémiologique était inquiétante, nous a convaincus de geler nos activités. Nous avons pensé en premier à la sécurité de nos joueurs, du staff et des personnes qui vivent avec eux. Nous avions pourtant à cœur de disputer le match à Bayonne car nous venions de basculer dans une dynamique positive et il était important pour nous de pouvoir enchaîner. Cela n’a pas été possible mais nous avons réussi à couper la chaîne de contamination.»

Préparation express

Pour la première fois de cette saison si particulière, la Section, qui était jusqu’à présent passée entre les gouttes, est confrontée de plein fouet au Covid-19. Elle a dû préparer ce rendez-vous face à Clermont après une coupure forcée et une reprise tardive et en douceur puisque les joueurs se sont retrouvés seulement mercredi au centre Macron pour passer de nouveaux tests PCR et refouler la pelouse par petits groupes de cinq.

Les Palois ont donc connu une période de douze jours sans entraînement collectif avant d’entamer la préparation express de la rencontre face à Clermont au Hameau. Cela n’a pas offert un grand confort de travail à un groupe qui a aussi perdu dans ce laps de temps son capitaine, Martin Puech, blessé à un genou et absents plusieurs mois, alors que Baptiste Pesenti purge sa suspension. Pourtant Pierre Lahore veut croire que cela n’a pas entamé le moral des troupes : «Notre équipe a faim. Elle veut et elle doit montrer qu’elle vaut mieux que son classement actuel car la phase aller a été marquée par la frustration, des défaites courtes, des progrès avérés non récompensés par des victoires. Les joueurs ont besoin de se nourrir de victoires car elles vont forger le socle de confiance pour que l’équipe donne la plénitude de ses moyens.»

Face à une équipe de Clermont privée de nombreux joueurs et en plein doute, l’occasion paraît belle pour enchaîner deux victoires consécutives. Cela n’est arrivé qu’une seule fois aux Palois cette saison. C’était lors de la première et la deuxième journée.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?