Bouilhou : « 78 points au total pris en deux matchs à l’extérieur face au Stade français"

  • Bouilhou : « 78 points au total pris en deux matchs à l’extérieur face au Stade français"
    Bouilhou : « 78 points au total pris en deux matchs à l’extérieur face au Stade français" Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Avant le duel face au Stade français dimanche soir, l’adjoint d’Ugo Mola au Stade toulousain, Jean Bouilhou décrypte le jeu du club de la capitale, évoque le souvenir du match aller (48-12) et se souvient de l’époque du « Clasico ».

Décryptage technique

« Le Stade français joue beaucoup au pied. Ce qu’ils ont de similaire avec nous, c’est qu’ils essaient de jouer sur les largeurs. Après, ils ont une équipe extrêmement physique avec des joueurs très costauds, que ce soit devant ou derrière. Des fortes individualités qui font des différences dans les duels. Ils le font avec beaucoup de puissance, nous avec peut-être un peu plus de vitesse. C’est une équipe qui essaie de faire un jeu total qui s’appuie sur une très grosse mêlée. C’est aussi une équipe qui joue avec beaucoup d’occupation au pied. On s’attend donc à avoir beaucoup de ballons de leur part. Maintenant, à l’extérieur, ils jouent un peu différemment. On s’attend donc à beaucoup de pression défensivement pour essayer de nous faire déjouer. »

Le souvenir du match aller

« C’est un match qui nous reste en travers de la gorge. C’est notre dernière défaite. Ce match-là, Paris l’avait extrêmement bien joué. On a forcément des mauvais souvenirs de ce match. On s’en est servi durant la semaine pour préparer la rencontre. Nous ne cultivons pas l’esprit de revanche mais quand on prend une fessée comme ça à l’extérieur, le corps et l’esprit s’en souviennent. Nous n’avons pas affiché le score du match aller dans le vestiaire mais nous avons fait l’addition des 48 points pris au match aller et des 30 pris l’an dernier. 78 points au total pris en deux matchs à l’extérieur face au Stade français, nous l’avons redit aux joueurs. Un homme averti en vaut deux. »

Le souvenir des « Clasicos »

« Le Stade français a rendu le rugby un peu plus sexy dans les années 2000. Le rugby était quand même au fond du placard. Le Stade toulousain a d’ailleurs bénéficié de ces matchs au Stade de France devant 80000 personnes. On les a un peu oubliés ces matchs-là, mais à l’époque je peux vous assurer que c’était un peu impressionnant pour un simple match de championnat. C’était l’avènement du rugby médiatique initié par le Stade français et par la rivalité que les deux présidents avaient soigneusement créée. La nouvelle génération a tourné la page du « clasico » mais on voit que le staff du Stade français fait appel un peu à cette identité-là des années 2000. Certes, le Stade français a eu deux dernières années compliquées où il a un peu cherché sa voie. Cette année, ils sont sur la bonne. »

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?