Un mal pour un bien pour Colomiers ?

  • Un mal pour un bien ?
    Un mal pour un bien ? Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Avec ce premier revers de la saison à domicile, les Haut-Garonnais connaissent un petit coup d’arrêt. Leur capacité de réaction va désormais être au centre des attentions. 

Dire que cela pendait au nez des Columérins depuis quelque temps n’a rien de malhonnête. Avec des succès acquis au forceps mais aussi avec une incroyable force de caractère et une envie de tous les instants que ce soit contre Nevers, Grenoble ou encore Perpignan juste avant les vacances de Nöel, les joueurs du duo Sarraute-Berneau savaient très bien qu’il fallait réussir une nouvelle grosse performance pour venir à bout de Bretons que rien ni personne en ce moment ne semble pouvoir perturber.

Même pas une invincibilité à domicile entretenue depuis septembre 2019 dans les rangs columérins (seize victoires, un nul). Quasiment seize mois après le dernier accroc face à Soyaux-Angoulême, la pièce est donc retombée du mauvais côté et un petit froid a été jeté sur Michel-Bendichou. Ce qui a eu le don de faire sortir de ses gonds Anthony Coletta. Le deuxième ligne, qui a peu goûté certaines décisions arbitrales nourrissait à chaud des regrets manifestes : « On savait Vannes depuis le début de saison très fort sur les deuxièmes mi-temps. Ce n’est pas faute de ne pas avoir été prévenu. Les pénalités qui amènent des essais sur leurs ballons portés ont été données trop facilement. Nous n’avons pas manqué d’expérience je pense mais plutôt de lucidité sur des moments précis. »

Son entraîneur des avants Fabien Berneau, déçu mais pas abattu retenait certes du positif mais aussi les petites imprécisions fatales : « Sur cette défaite, on ne peut s’en vouloir qu’à nous-mêmes. Quand on est à +13 à la 45e, et qu’on a une sortie de camp merdique, on le traîne jusqu’à la fin du match. Puis, nous n’avons pas su profiter de notre supériorité numérique à l’heure de jeu » relevait le technicien qui n’en voulait pas à Thomas Girard, en échec au pied à deux reprises dans les dix dernières minutes de la rencontre. « Cette défaite, et c’est ce que je souhaite doit être un mal pour un bien. On va arrêter de regarder le classement et jouer notre rugby » appuyait Berneau alors que le capitaine Edoardo Gori ne disait rien de bien différent « Ça fait du bien parfois aussi de prendre un coup de bâton sur la tête. » Une réaction est désormais attendue ce jeudi avec une nouvelle réception à domicile face à Carcassonne.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?