Castres aime se faire peur

  • Vilimoni BOTITU and Ryno PIETERSE of Castres Olympique during the Top 14 match between Castres and Agen on January 9, 2021 in Castres, France. (Photo by Laurent Frezouls/Icon Sport) - Stade Pierre Fabre - Castres (France)
    Vilimoni BOTITU and Ryno PIETERSE of Castres Olympique during the Top 14 match between Castres and Agen on January 9, 2021 in Castres, France. (Photo by Laurent Frezouls/Icon Sport) - Stade Pierre Fabre - Castres (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Menés de 16 points et réduits à 14 après trois minutes de jeu, les Castrais ont encore trouvé les ressources pour dominer sans mal des Agenais impuissants face à leur puissance. Un deuxième succès de rang qui offre un vrai bol d'air au CO.

On ignore si les Castrais sont tous des amateurs de sports extrêmes, mais en tout cas ils aiment jouer à se faire peur. La semaine dernière déjà, alors qu’ils défiaient les redoutables Lyonnais sur leurs terres,  ils s’étaient vus réduits à 14 après seulement 4 minutes de jeu et un carton rouge donné à Yann David. Malgré tout, ils avaient fait la course en tête et signé une victoire qui fut la grande surprise de la treizième journée de Top 14. Et vous savez quoi ? Les Castrais nous ont refait la même samedi soir, cette fois à domicile et contre Agen. Ils ont même fait «mieux» (ou pire, c’est selon), car en plus d’être réduits à 14 après trois minutes de jeu (record de la semaine dernière battu par Filipo Nakosi pour un plaquage à l’épaule sur Noel Reid), ils sont allés jusqu'à accuser 16 points de retard à la demi-heure de jeu: "Il est vrai que l'on ne s'est pas fait de cadeau en première mi-temps. On a même pensé à un cauchemar, parce que ce n'est pas facile de gagner les matchs à 14. Certes on l'a fait la semaine dernière, mais ce soir on a refait le même scénario. Ca a été d'autant plus compliqué que nous avons mal réagi après : on a enchainé les temps faibles, pris des pénalités, on a parlé et on a plus joué en équipe. Cela nous a coûté l'entame de matchs et quasiment toute la première mi temps", regrettait l'ailier international Geoffrey Palis à l'issue du match. Et pourtant, les Castrais se sont sortis de l'ornière en inscrivant deux essais avant la pause: un de leur talonneur Gaëtan Barlot et un autre de Geoffrey Palis, deux hommes très en vue samedi soir à Pierre-Fabre. 

Pieterse et Botitu éclatants

Comment ? En retrouvant un peu de lucidité et d'efficacité: "ous avons commencé par régler nos problèmes sur les zones de rucks où les Agenais nous posaient des problèmes, et où nous prenions beaucoup de pénalités. Ensuite, sur les phases offensives nous avons évité de nous faire des passes inutiles et nous sommes recentrés sur du jeu plus direct, qui nous a permis d'avancer puisque nous étions performants sur les percussions. Tout cela nous a amené des situations favorables", racontait Palis. Au vrai, on a jamais vraiment été inquiet pour les Castrais. Car même à quatorze et avec 16 points de retard, les hommes des Mathieu Babillot n'avaient aucun mal à gagner vingt, trente ou quarante mètres dès qu'ils tenaient le ballon. Dans le sillage d'un Ryno Pieterse littéralement déchaîné (15 courses avec le ballon, 7 plaquages cassés) et d'un Vilimoni Botitu intenable (un essai, 9 courses, mais pas moins de 13 défenseurs battus), les Castrais ont systématiquement trouvé l'avancée. A l'issue du match, le manager Pierre-Henry Broncan ne pouvait que se satisfaire de ce résultat: "Je sens les joueurs très concernés par l'avenir du club. Gagner deux fois de suite à 14, cela démontre un certain état d'esprit. Peut-être que la prochaine fois, on démarrera le match à 14 !", lançait le technicien dans un trait d'humour, avant de se raviser: "Non, plus sérieusement, on débutera à 15 et on terminera à 15." Même s'il vient d'enchaîner deux victoires pour la première fois de sa saison, le CO n'a plus envie de se faire peur...

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?