Elections à la LNR : vers un duel Merling - Fonteneau

  • Vers un duel Merling - Fonteneau.
    Vers un duel Merling - Fonteneau. Icon Sport.
Publié le , mis à jour

On connaîtra le nom du successeur de Paul Goze à la présidence de la LNR, le mardi 23 mars prochain à l’issue de l’assemblée générale élective, dont le comité directeur de la Ligue doit valider le rétroplanning dans les prochains jours.

Le lancement des appels à candidature sera ouvert le 5 février et clôturé le 19. Une réunion des trente clubs électeurs où les différents candidats présenteront leur stratégie électorale est programmée le 2 mars.

Cette semaine, on a appris les velléités de Vincent Merling qui envisage de briguer la présidence. Ce mardi à l’initiative de Jacky Lorenzetti, douze présidents de Top 14 (seuls ceux d’Agen et de Montpellier n’ont pas été conviés) doivent se réunir en présentiel et tenter d’adopter une position commune afin de déterminer qui pourrait être le président et quels seraient les meilleurs candidats pour leur collègue de représentation au sein du futur comité directeur. Si le président rochelais compte pas mal de soutien au sein de ses pairs, il compterait aussi une certaine opposition.

À noter, que le patron de l’UBB, Laurent Marti ne se représentera à une place du comité directeur. "J’ai assez à faire avec mon club", nous a-t-il affirmé ce week-end et il devrait l’annoncer officiellement à l’occasion de la rencontre de mardi. Le lendemain, son homologue agenais, Jean-François Fonteneau pourrait se lancer dans la campagne. Pour le moment, celui qui est considéré comme un proche du président de la FFR, Bernard Laporte, n’a pas encore officialisé sa décision, mais a déjà laissé filtrer ses envies. Autre candidat possible ou probable (rayez la mention inutile), son prédécesseur au SUALG, Alain Tingaud qui a déjà travaillé sur un projet pour la Ligue et présenté à quelques présidents. "J’ai appris par voie de presse que Vincent serait candidat, glissait samedi l’actuel vice-président de la LNR. C’est quelqu’un de remarquable mais je reste sur ma ligne de conduite. Peu importent les hommes ce qui prime à mon goût c’est le projet pour la Ligue et sa gouvernance. Je suis intéressé pour m’investir mais je reste à la disposition des 30 électeurs s’ils veulent m’écouter."

Une réunion entre présidents de Pro D2

Du côté des présidents de Pro D2, on a fait savoir en coulisses, que l’on voulait avoir droit au chapitre et à la parole. D’ailleurs, selon nos informations le président d’Oyonnax, Thierry Emin, et son confrère montois, Jean-Robert Cazaux s’organisent pour monter une rencontre entre tous les présidents de Pro D2, à l’image de celle de leurs homologues de Top 14. Selon l’un des présidents d’un club du haut du tableau de la Pro D2 qui préfère rester anonyme, "l’idée c’est essayer de parler d’une seule et même voix, de prendre en compte que nous pouvons peser sur l’élection et surtout sur la représentabilité du second étage du rugby professionnel". Le futur président de la LNR, pour être élu, devra donc compter avec cette part de l’électorat.

Pierre-Laurent Gou (Avec A. B.)
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?