L'affiche du jeudi : Vannes - Biarritz

  • Christopher Hilsenbeck of Vannes during the Pro D2 Rugby match between Biarritz and Vannes, on August 30th, 2019.
Photo : JF Sanchez / Icon Sport
    Christopher Hilsenbeck of Vannes during the Pro D2 Rugby match between Biarritz and Vannes, on August 30th, 2019. Photo : JF Sanchez / Icon Sport JF Sanchez / Icon Sport - JF Sanchez / Icon Sport
Publié le

Ce sont deux équipes aux trajectoires différentes en ce début d’année qui vont s’affronter ce jeudi soir sur les coups de 20h45 dans le golfe du Morbihan, au stade de La Rabine.

Entre des Bretons euphoriques depuis le début de saison, qui n’ont plus perdu depuis bientôt deux mois, et viennent de faire tomber Colomiers dans son antre, et des Basques surpris à domicile par Valence-Romans, cette confrontation sent la poudre et vaudra assurément le coup d’œil. Solides dauphins des Perpignanais, les Vannetais peuvent  accentuer leur avance sur un concurrent direct au top 4 et poursuivre leur quête d’une demi-finale directe à domicile, désormais ancré dans les têtes bretonnes comme le rappelait Jean-Noël Spitzer après le succès en terres haut-garonnaises. Il faudra pour cela se défaire d’un BO attendu à réaction, et forcément revanchard. Revanchard car battu lors du match aller à Aguilera début novembre, dans un contexte sportif alors peu évident, après quasiment quatre semaines d’interruption en raison de nombreux cas de Covid dans ses rangs. Vannes, qui montait en puissance avait sauté sur l’occasion, et refait le coup des deux saisons précédentes lorsque les Morbihannais avaient déjà piégé les Basques. 

Jeudi soir dans la foulée de leur victoire à Colomiers, Kevin Burgaud et ses coéquipiers étaient déjà conscients de la difficulté de la tâche qui les attend ce jeudi. « Maintenant, il y a les matchs retours qui arrivent et quand tu as foutu la merde à l’aller, il faut se relever les manches car les équipes où nous avons gagné vont vouloir nous faire la peau à La Rabine », prévenait Burgaud. Un constat partagé par son manager général, qui refuse toute « enflammade » et se méfie énormément de cette nouvelle réception d’un gros morceau à nouveau sans public. « Nous avons perdu à la maison contre Perpignan et on se rend bien compte que les matchs à la maison et à l’extérieur n’ont plus vraiment de sens cette saison. C’est difficile de recevoir quand le score est serré. Tu prends une pression terrible et il faut se recentrer sur soi, sans l’apport du seizième homme. L’équipe en face cherche la victoire à l’extérieur. Là, on va jouer Biarritz, on les a tapé chez eux, et on sait très bien qu’ils ont coché la date.»  Il suffisait de tendre l’oreille et d’écouter Steffon Armitage vendredi soir après la défaite contre les Drômois pour comprendre la motivation des Biarrots : « Nous avons pris une leçon mais on va rebondir et revenir plus fort dès jeudi contre Vannes.»

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?