Rouen, bon pied belle victoire

  • Rouen, bon pied belle victoire
    Rouen, bon pied belle victoire Midi Olympique
Publié le

Au pied du mur au coup d’envoi, le RNR a fait preuve de maîtrise face à des Cantaliens peu inspirés. Une victoire claire qui devrait en appeler d’autres .

La reprise offrait à Rouen un beau match pour s’étalonner et savoir si les frimas de l’hiver et les derniers remous internes avaient impacté une dynamique enclenchée dès le mois de décembre.

Le bilan est donc bon, avec une quatrième victoire à domicile, ce qui n’était jamais arrivé depuis la montée en Pro D2. Au-delà du résultat, c’est la manière qui a fait plaisir à voir et qui prépare au mieux deux matchs à venir (à Valence et contre Grenoble) qui, aujourd’hui, au vu de la prestation de vendredi soir, semblent à la portée des Normands.

Une défense retrouvée

Rouen a pour le coup réussi tout ce qui avait été préparé pendant la semaine, avec de la constance en touche, avec aucune perte sur lancer, du moins rien qui ne soit défendu. En mêlée, Rouen a contré Aurillac, connu pour sa force en ce domaine. Il n’y a qu’en seconde période que les visiteurs ont pu développer des mauls dangereux mais c’était sans compter sur la vaillance des Normands qui n’ont lâché qu’à la dernière minute, sans conséquence au résultat.

Le premier acte est d’ailleurs à sens unique, Aurillac ne venant qu’une fois dans les 22 mètres rouennais et Peter Lydon (de retour et essentiel) a renvoyé la pression au pied de manière chirurgicale, mettant en permanence les Auvergnats sous pression. Perdant Dufour sur cartonrouge, Aurillac s’est mis seul dans une grande difficulté, beaucoup sanctionné car très frustré. Il faudra étudier à la vidéo les attitudes et gommer cela comme le reconnaissait le capitaine Pierre Roussel, après coup.
Même quand Aurillac a recollé à 13-9, les Rouennais n’ont jamais perdu la maîtrise du jeu et la montée défensive ultrarapide mise en place par le coach adjoint Tom Palmer a fait un travail de sape efficace, permettant de provoquer des erreurs adverses sans forcément avoir besoin de gratter des ballons dans les rucks pour gagner des positions optimales.

On a aussi senti un groupe investi, du banc au terrain, le staff (à l’image de PJ Gidlow) mettant une pression permanente de la voix pour éviter que les joueurs décrochent, ne serait-ce qu’une seconde, car Rouen a toujours eu des problèmes de continuité dans leur match depuis le début de saison. Mais là, personne n’a lâché. On peut aussi noter le bon match de Dean Adamson, qui a enfin montré ses qualités en attaque (un essai), mais aussi en défense, ce qui lui a permis de marquer des points.
Rouen est donc prêt pour croquer la nouvelle année, et c’est tout ce qu’on leur souhaite.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gaël Lecoeur
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?