La Coupe d'Europe suspendue, un plan B envisagé

  • Vers une suspension de la phase de poule des Coupes d'Europe
    Vers une suspension de la phase de poule des Coupes d'Europe PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Si elle n’est pas encore officielle, la suspension par le ministère des journées 3 et 4 de Coupe d’Europe est désormais très probable. D’autres scénarios émergent, pour finir coûte que coûte la compétition.

Ce dimanche, l’officialisation du gel de la Coupe d’Europe pour les deux week-ends à venir n’était pas parvenue jusque sur le bureau des décideurs. Ni à la LNR, ni à l’EPCR. « Pour l’instant, nous n’avons aucun commentaire à faire puisque nous n’avons reçu aucune notification officielle de la part des ministères », se contentait de donner Vincent Gaillard, président de l’EPCR. Idem du côté des présidents du Top 14, dont les clubs devaient retrouver le front européen le week-end prochain.
Pourtant, à ce sujet, personne n’est dupe. Un président confie d’ailleurs. « Ce n’est qu’une question de délais. Pour l’instant, le ministère a simplement émis des recommandations pour la non-tenue de ces matchs européens. Mais nous savons que le courrier officiel précisant l’interdiction de la tenue ces matchs ne devrait pas tarder. » Toutes les parties s’y préparent, en tout cas. Le Top 14, dont le calendrier sera évidemment impacté par effet domino (voir ci-contre). Mais surtout l’EPCR, en premier lieu.

Trois ministères et le cabinet de l’Elysée pour un message de fermeté

L’éventualité d’une suspension ou annulation des deux derniers week-ends de phase de poule de Coupe d’Europe est en réalité évoquée depuis le milieu de la semaine dernière. Le mardi, l’EPCRavait pourtant consenti au durcissement de son protocole sanitaire entourant les matchs, pour satisfaire les clubs (qui jugeaient le premier protocole trop laxiste) et lever la menace d’un boycott des clubs français. Le maintien des week-ends d’Europe, alors, semblait en bonne voie. Mais le rugby s’étant retrouvé en première ligne médiatique, au sujet de l’importation du variant anglais du virus sur le sol français justement via la Coupe d’Europe, il fallait désormais en passer par une validation ministérielle de ce nouveau protocole. « Nous avons compris que la pilule ne serait pas simple à faire passer quand nous avons vu les ministères conviés à cette réunion, jeudi soir : les ministères des Sports et de la Santé, on s’y attendait. Mais aussi le ministère de l’Intérieur et le cabinet de l’Elysée. Le message de fermeté était déjà clair… » confiait un acteur du dossier.

Seize qualifiés pour des huitièmes de finale

Ces suspensions des compétitions européennes devraient être bientôt effectives. Pour l’heure, les possibilités de repli sont uniquement évoquées à l’oral, dans les couloirs suisses de l’organisateur des Coupe d’Europe. À ce sujet, l’EPCRne souhaite plus se presser. Le temps joue désormais pour elle. Avec quatre week-ends d’ores et déjà réservés au printemps, la Coupe d’Europe garde de quoi finir sa compétition, quitte à la modifier. Surtout, elle peut se donner jusqu’à mi-mars pour trancher son nouveau format. Un temps précieux, qui lui permettra d’en savoir plus sur l’évolution sanitaire mais aussi le destin des compétitions internationales. Le Tournoi se jouera-t-il aux dates toujours envisagées ou impactera-t-il, à son tour, le calendrier ? Les tournées d’été (en Australie pour le XV de France) seront-elles maintenues ? Si la réponse à cette deuxième question s’avérait négative, l’EPCR pourrait récupérer quelques dates à l’été, pour maintenir la compétition dans son format actuel. Il est donc urgent d’attendre pour acter une décision officielle.

En attendant, donc, les dirigeants de l’instance européenne réfléchissent toutefois à un premier scénario : utiliser les quatre week-ends du printemps pour disputer immédiatement des phases finales, qui débuteraient alors au stade des huitièmes de finale (et pas de match aller-retour). Seize clubs qualifiés donc (les huit premiers à date de chaque poule) et des huitièmes de finale qui découlent au sein de chaque poule : l’actuel 1er de la poule A contre le 8e de la poule A ; le 2e contre le 7e, etc. Et ainsi de suite, avec un schéma identique dans la poule B.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?