Gabriel Ibitoye, triste symbole

  • L’ailier anglais Gabriel Ibitoye fait partie des déceptions de cette première partie de saison. Photo Icon Sport
    L’ailier anglais Gabriel Ibitoye fait partie des déceptions de cette première partie de saison. Photo Icon Sport
Publié le

Des internationaux français n’ayant pas réussi à se relancer, Vincent Rattez qui a perdu sa place dans le groupe des Bleus Ou des étrangers qui n’assument pas le statut avec lequel ils ont débarqué l’été dernier... à l’arrivée, l’ailier anglais d’Agen est sûrement la plus grosse déception du recrutement.

Dur de ne pas placer l’ailier Gabriel Ibitoye en tête de ce classement des flops du recrutement. Surtout au vu de son actualité. Malgré lui, l’Anglais symbolise la triste première partie d’exercice d’Agen, qui a enchaîné quatorze défaites en autant de journées de Top 14. Son arrivée l’été dernier, après de longues semaines de tractation, avait soulevé de grands espoirs, comme l’intersaison du SUALG dans sa globalité. L’ancien international moins de 20 ans était présenté comme une pépite qui sortait d’une excellente année avec les Harlequins, totalisant vingt-et-une apparitions toutes compétitions confondues, pour dix-neuf titularisations et dix essais inscrits. Outre-Manche, beaucoup s’étaient émus de voir partir un candidat potentiel au XV de la Rose dans le futur. C’est un échec. Six mois plus tard, régulièrement blessé, il a disputé sept matchs avec sa nouvelle équipe, pour six titularisations et deux essais. Un doublé contre Castres début septembre. Le week-end passé, au CO justement, Ibitoye n’était même pas sur la feuille de match. Son président Jean-François Fonteneau s’en est expliqué dans Sud-Ouest : "Il n’est pas impliqué depuis le début de la saison. Il ne s’investit pas beaucoup. Il a une clause Pro D2 qui lui permet de partir en cas de descente à la fin de la saison. Il est donc plutôt dans la gestion de sa carrière que dans l’implication auprès du club…" Il était déjà en instance de départ puisque, comme révélé dans ces colonnes, Ibitoye devrait s’engager comme joker médical à Montpellier jusqu’en juin. Et Bayonne ou Toulon seraient même venus aux renseignements pour le prochain exercice. Clairement, il ne laissera pas une trace indélébile à Agen, ni sportivement ni humainement visiblement.

Rattez, choix cruel mais pari perdant

Le choix est ensuite cruel de placer Vincent Rattez en deuxième position tant il n’est pas le joueur le moins performant de Montpellier. Mais le pari est perdant. Pour le club, qui a misé gros sur le plan financier afin de l’arracher à La Rochelle. Puis pour lui qui ne compte qu’un essai en dix matchs et vient de perdre sa place dans le groupe élargi du XV de France alors qu’il fut titulaire cinq fois lors de la première année de l’ère Galthié. Un statut d’international qui justifie la dixième place d’Adrien Pélissié (7 sélections), débarqué à Clermont où il n’a pas su devenir indiscutable. Idem pour le septième Hugo Bonneval (11 sélections), qui espérait se relancer à Pau. Pour le reste, hormis Victor Moreaux à Agen et Stéphane Onambélé à Castres dont le rendement est négatif pour le premier et quasiment inexistant pour le deuxième, les flops sont des étrangers au CV qu’ils n’assument pas. L’ancien des Saracens Axel Lozowski est loin des attentes à Montpellier. Comme l’Américain Joe Taufete’e à Lyon, nommé pour le titre de meilleur joueur du monde en 2019 et au mieux doublure avec le Lou. Du côté de Bordeaux-Bègles, Joseph Dweba était pressenti pour intégrer le squad des Springboks mais ses difficultés en conquête l’ont carrément fait disparaître du groupe ces dernières semaines. Bayonne avait tenté un coup de poker avec le talentueux mais controversé australien Izaia Perese, déjà reparti au pays.

Le Flop 10

  1. Ibitoye (Agen)
  2. Rattez (Montpellier)
  3. Lozowski (Montpellier)
  4. Taufete'e (Lyon)
  5. Dweba (Bordeaux)
  6. Perese (Bayonne)
  7. H. Bonneval (Pau)
  8. Moreaux (Agen)
  9. Onambélé (Castres)
  10. Pélissié (Clermont)

Le Flop 10 des internautes de Rugbyrama

  1. Ibitoye (Agen, 19%)
  2. Rattez (Montpellier, 16%)
  3. H. Bonneval (Pau, 13%)
  4. Lozowski (Montpellier, 13%)
  5. Balès (Toulouse, 9%)
  6. Holmès (Toulon, 7%)
  7. Verhaeghe (Montpellier, 5%)
  8. Pélissié (Clermont, 4%)
  9. Perese (Bayonne, 4%)
  10. Dweba (Bordeaux, 3%)

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?