Rigueur et vigueur exigées pour Nevers

  • Profitant des contre-performances actuelles de Biarritz et Oyonnax, les partenaires de Joris Cazenave se sont replacés dans le top 6. Photo Icon Sport
    Profitant des contre-performances actuelles de Biarritz et Oyonnax, les partenaires de Joris Cazenave se sont replacés dans le top 6. Photo Icon Sport
Publié le

Enfin entrés dans le "club des 6" après leur victoire à Béziers, les Nivernais ont l’occasion de mettre à distance un autre adversaire direct et de confirmer leur santé retrouvée.

Après un premier tiers de championnat poussif et décevant, l’USON Nevers Rugby a conclu la phase aller de la meilleure des manières, en s’imposant sur la pelouse toujours piégeuse de Béziers (30-25). Ce soir, avec la réception de Provence Rugby, le demi de mêlée Joris Cazenave et ses coéquipiers enchaînent "un deuxième match à gros enjeu" dans la lutte pour les phases finales : "Nous avons la possibilité de les mettre à huit points (les Aixois comptent un match en retard, N.D.L.R.). Cela va être un gros test. Avec le huis clos, toutes les rencontres à domicile sont des luttes acharnées." La prestation des Provençaux face à Perpignan, samedi dernier, ne risque pas d’amollir la vigilance neversoise. "Ils ont mis à mal une des meilleures défenses du championnat, en livrant un gros combat", souligne Joris Cazenave. Au Pré-Fleuri, où les siens ont baissé pavillon face aux deux solides leaders, Nevers ne peut plus se permettre le moindre faux pas s’il veut conserver son sixième ticket et même viser plus haut : "Les deux premières places semblent acquises à Vannes et Perpignan mais derrière, il y a pas mal d’équipes pour quatre places. Nous sommes enfin dans les six, il faut y rester."

Les fantômes du début de saison paraissent exorcisés. "On n’a jamais douté de nos capacités, du potentiel de l’équipe", assure le demi de mêlée, dont la précision au pied - face aux perches et dans les sorties de camp - et la maîtrise dans l’animation ne sont pas étrangères au regain de forme. "Quand on perd, on n’est jamais loin. Notre collectif est bien rodé désormais, nous avons redressé la barre sur le dernier bloc. On bosse bien à l’entraînement et ça commence à payer. Nous montons en puissance. Mais on ne doit pas se relâcher. "

Une mêlée requinquée

La prestation en demi-teinte à Raoul-Barrière, avec une première période engourdie et un débours de dix-neuf points avant le réveil, a rappelé que les joueurs de Xavier Péméja n’avaient pas encore totalement évacué les scories qui polluaient leurs copies : "Nous avons été à côté de la plaque dans les duels, c’est énervant, pointe le manager. Mais auparavant, ces matchs-là, on les perdait. Là, nous l’avons gagné même si nous aurions très bien pu le perdre à la fin." L’effort sur la discipline (sept pénalités) et la mêlée requinquée ont sauvé les meubles lors d’une seconde période sur laquelle les Nivernais peuvent bâtir : "Maintenant, on doit confirmer face à une autre grosse mêlée de ProD2. Provence Rugby a fait un match de très haut niveau face à l’Usap, il y a de quoi s’inquiéter. Plus aucune équipe ne se déplace pour perdre. Il y a des résultats surprenants tous les week-ends. Soyons vigilants", insiste Xavier Péméja.

S’il fallait en douter, le bilan des Aixois loin de leurs bases (trois victoires en six matchs) atteste leur aptitude au voyage utile et leur approche décomplexée. La discipline des Usonistes devra rester au niveau de la performance en terre biterroise pour réduire au minimum le stock de munitions de l’artilleur aixois Florent Massip, qui s’était régalé à l’aller (dix-sept points) lors d’une des premières sorties frustrantes de Nevers (25-22). Un match, mi-septembre, sur lequel les Neversois ne comptent pas s’appuyer, tant les paramètres, entre huis clos généralisé et résurrection collective, ont été bouleversés en quatre mois.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien Chabard
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?