Couvre feu à 18h : le coup de grâce pour le rugby amateur

  • A Hendaye, samedi matin, jeunes de l’école de rugby et seniors, qui évoluent habituellement en Fédérale 2, se sont retrouvés sur les frais terrains d’entraînements pour quelques jeux avec ballons et exercices d’entretien physique.
    A Hendaye, samedi matin, jeunes de l’école de rugby et seniors, qui évoluent habituellement en Fédérale 2, se sont retrouvés sur les frais terrains d’entraînements pour quelques jeux avec ballons et exercices d’entretien physique. Photos Pablo Ordas. - Pablo Ordas
Publié le , mis à jour

Jeudi, l’allocution du premier ministre Jean Castex est venue jeter un nouveau froid sur le monde déjà morose du rugby amateur. Jusque-là, Malgré l’absence de compétitions et les contraintes sanitaires, certains clubs amateurs tentaient pourtant de maintenir un semblant d’activité, vaille que vaille...

On n’apprendra rien à personne en affirmant que, depuis de trop longues semaines sans contact et sans compétition, l’intérêt de ses pratiquants pour le rugby s’était considérablement dégradé. Le froid et l’hiver aidant, nombre de clubs n’avaient pas forcément accès à leurs infrastructures, propriétés de mairies pas toujours compréhensives ni coopératives... De quoi provoquer une désaffection...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • ✓ Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • ✓ Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • ✓ Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?