Grand entretien avec Saïd Hirèche : « Enfant, je me cachais pour aller aux entraînements de rugby »

  • Le troisième ligne du CAB Saïd Hirèche s'est longuement confié. Il a évoqué l'ensemble de sa carrière.
    Le troisième ligne du CAB Saïd Hirèche s'est longuement confié. Il a évoqué l'ensemble de sa carrière. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le , mis à jour

Lentement mais sûrement, Saïd Hirèche s’est affirmé comme une des figures symboliques du rugby français. à 35 ans, le discret Franco-algérien, forgé par le ProD2 et qui s’épanouit depuis neuf ans avec Brive, surprend par sa longévité et sa régularité au plus haut niveau.Quelle histoire se cache derrière ce parcours peu commun ?D’ordinaire discret et avare de mots quand il s’agit de parler de sa propre personne, le troisième ligne a accepté de se livrer pendant plus d’une heure, la semaine passée.Il parle de son enfance dans les quartiers, de sa découverte du rugby, de sa passion chevillée au corps.Rencontre.

Vous comptez près de 300 matchs en pros mais on vous connaît assez peu, personnellement. D’où venez-vous ? Parler de moi, ce n’est pas un truc dont je raffole. Je viens de Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines. J’ai vécu là-bas jusqu’à 22 ans. D’où viennent vos parents ? Ils sont nés en Algérie et sont arrivés en France quand il y avait eu la vague de migration, pour travailler. On y allait...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • ✓ Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • ✓ Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • ✓ Les newsletters exclusives
Vincent BISSONNET
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?