L’abnégation des Bleuets a payé face à l'Italie

  • L’abnégation des Bleuets a payé face à l'Italie
    L’abnégation des Bleuets a payé face à l'Italie Xavier Grimaldi - Xavier Grimaldi
Publié le , mis à jour

Samedi après-midi, à Bastia, Les Tricolores ont prouvé qu’ils avaient de la ressource envenant à bout des Italiens (25-24), dans les ultimes secondes.

Les arrêts de jeu étaient entamés depuis six minutes -les Bleuets jouaient leur va-tout pour le gain du match- quand Edgar Retière, face aux poteaux, passait le drop-goal victorieux. Au bout du bout du suspense, la joie française était légitime… tout comme la frustration italienne. « Nous y avons cru jusqu’au bout, c’est cela l’esprit Bleu. C’était un match important car il vient mettre un terme à un bon stage, ici, en Corse. Il permettra de valider un certain nombre de choses. » Jean-Marc Béderède, le manager des moins de 20ans développement indiquait l’importance, pour les vingt-six joueurs qui étaient en stage depuis le 12 janvier à Bastia, de cette joute amicale face à l’Italie, qui s’est jouée au stade Furiani.

Retière n’a pas tremblé

Les Transalpins étaient plus prompts à entrer dans le match en proposant un véritable défi physique mais aussi en jouant dans le camp français. Une entame très rythmée, à l’image de ce coup de pied de Marin que Gesi (12e) récupérait au nez et à la barbe de deuxadversaires et de la percée de Di Bartolomeo (16e) qui cassait deux plaquages. Plus solidaire dans les regroupements, l’Italie posait d’évidents problèmes à des Bleuets en panne de cohésion. « Comme nous avons peu d’expérience collective, il y a tout à construire au niveau des automatismes », se justifiait Jean-Marc Béderède après le match.

Bien que dominés en conquête, les Tricolores parvenaient à prendre l’avantage à la 28e grâce à la réalisation de Champ, en bout de ligne, au terme d’un bon décalage (5-0). L’Italie réagissait dès la remise en jeu, en bénéficiant d’une pénalité, convertie par Marin, puis sur un groupé-pénétrant qui emmenait Di Bartolomeo dans l’en-but (35e). Logiquement, l’Italie menait 10-5 à la pause.

À la reprise, la France, qui procédait à cinqchangements devant, mettait un peu plus de vitesse à l’image de cette percée de Pacheco (42e). Les Italiens, sous pression, se mettaient à la faute, donnant l’occasion à Idjellidaine (49e) de passer une pénalité qui faisait revenir les Bleus à deuxunités (8-10). Mais les belles envolées ne duraient pas et l’Italie reprenait sa marche en avant, bien aidée par des Français peu inspirés à ce moment-là de la partie. « Nous avons manqué de justesse et à ce niveau-là, cela pardonne rarement, constatait le capitaine, Maxime Baudonne. Nous prenons des essais casquettes qui ont donné confiance à nos adversaires. » Comme à l’heure de jeu, lorsque le troisième ligne Popescu ramassait la balle et prenait l’intervalle pour donner du corps à l’avance transalpine. La France, réduite à quatorze après le jaune de Boubila, devenait même bleu pâle quand Marin contrait un coup pied d’Idjellidaine (65e) et filait dans l’en-but (24-8).

Blessée dans son orgueil, l’équipe de France allait avoir cette réaction salutaire qui lui permettait de renverser un scénario qui semblait déjà écrit et c’est le capitaine qui en parle le mieux : « Nous n’avions plus rien à perdre et il était impératif de se battre jusqu’au bout. Cela a fini par payer sur la fin de match. » La réaction ne tardait pas par Vallée (67e) et la transformation en coin de Retière, dont l’impact sur le jeu depuis son entrée était évident, donnait l’espoir. Puis l’arrière Tchaptchet-Noutcha (79e) récompensait l’abnégation des  siens, à l’issue d’un long temps fort. La France était à deux points et pouvait encore y croire.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Hervé Méla
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?