À Toulouse, la troisième ligne de choix

  • Jerome Kaino (au centre) et François Cros (à droite) sont de retour dans les rangs toulousains
    Jerome Kaino (au centre) et François Cros (à droite) sont de retour dans les rangs toulousains Icon Sport
Publié le

Avec les retours de Cros et Kaino, les Rouge et Noir étaient au complet cette semaine dans un secteur où la concurrence et les complémentarités sont grandes.

Avant la réception du Stade français, l’entraîneur des avants Jean Bouilhou assurait : «La concurrence est saine au sein de notre effectif. Les joueurs ne veulent pas se prendre la place mais donner le maximum à chaque instant pour que le club soit le meilleur possible.» Le staff toulousain avait alors choisi de ne pas précipiter plusieurs retours, dont ceux de François Cros et Jerome Kaino, au vu de la bonne dynamique du groupe. Cela lui a donné raison, avec une nouvelle démonstration.

Samedi, l’international français et le double champion du monde All Black seront présents à Armandie pour renforcer les Rouge et Noir. Pour la première fois depuis de longs mois, le dernier champion de France a même pu travailler cette semaine avec l’ensemble de ses joueurs en troisième ligne disponibles. Ce qui offre au staff un choix de premier plan, lequel ne durera pas puisque François Cros et Selevasio Tolofua partiront dimanche en stage avec les Bleus. Mais, au-delà des CV des cadres évoqués, qui parlent d’eux-mêmes, le Stade toulousain bénéficie également de la montée en puissance évidente de plusieurs hommes pour entretenir l’émulation dans ce secteur.

Placines de plus en plus «à l’aise»

Ainsi, Alban Placines est actuellement excellent. «Il a mis du temps à se fondre dans notre système mais il est aujourd’hui parfaitement à l’aise, confiait récemment Clément Poitrenaud. Il fait de bons relais, de bons soutiens et c’est un joueur costaud qui casse les plaquages.» Dans la même veine, longtemps touché à un pied, Antoine Miquel a enchaîné deux prestations XXL à Montpellier et contre Paris. Sa marge de progression semble immense et sa connaissance du poste de numéro 8 permet de décaler le colossal Selevasio Tolofua (qui a clairement franchi un cap) en flanker sur certains rendez-vous. Enfin, Louis-Benoît Madaule s’avère extrêmement précieux et régulièrement décisif, quand le jeune Yannick Youyoutte ne déçoit jamais lorsqu’il est aligné. Une richesse qui, ce n’est pas le moindre des bienfaits, pourrait conduire à faire souffler certains des éléments les plus utilisés, tel l’indispensable Rynhardt Elstadt.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy FADAT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?