Goumat : « Entretenir la dynamique »

  • "Entretenir la dynamique" "Entretenir la dynamique"
    "Entretenir la dynamique"
Publié le

Florian Goumat, le deuxième ligne de Valence-Romans revient sur la saison galère qu'il a vécu l'année dernière mais aussi sur le début de saison de son équipe. Il aborde également le match à venir. 

Vous avez vécu une saison galère (2019-2020) avec votre grave blessure à Oyonnax lors de la première journée ?

J’ai joué 25 minutes. La blessure était grave et m’a tenu éloigné la saison entière (Fracture du plancher tibial, ligament croisé antérieur rompu.) La suite ? Un protocole à respecter après une grave blessure : opération, rééducation, réathlétisation…

N’avez-vous jamais douté ?

Non, je n’ai pas douté. J’ai bossé, la rééducation, la reprise avec les collègues. J’ai eu la chance de réaliser une belle préparation. Le club m’a soutenu et conservé. Je ferai le possible pour rendre au club cette confiance. J’ai été entouré par mes coéquipiers, ma compagne, ma famille. J’avais envie de retrouver le terrain, de prendre à nouveau du plaisir.

Votre retour à la compétition s’est-il déroulé sans appréhension ?

J’ai retrouvé le collectif, lors de la 4e journée, lors du déplacement à Vannes. Nous nous sommes inclinés (10 — 36). J’avais tellement envie de retrouver la compétition, de faire partie de cette nouvelle aventure. Je m’étais préparé. J’ai évolué sans crainte.

Au fil des matchs vous avez retrouvé du temps de jeu en 2e ligne ?

Oui effectivement, j’ai enchaîné les matchs. J’ai bénéficié de la confiance des entraîneurs. Mon fil conducteur a été le travail. Je suis plus que jamais motivé et déterminé. La concurrence demeure dans le groupe et elle est saine. Cet état d’esprit nous tire tous vers le haut.

Vous et vos coéquipiers du pack alignez les prestations de haut niveau depuis plusieurs matchs. Est-ce gratifiant ?

Bien sûr. Personnellement avec le temps de jeu que l’on m’a accordé j’ai pris confiance. Je suis bien physiquement. Pour ce qui est du pack, nous bénéficions de l’excellent travail de David Vaudaine pour la mêlée et de Scott Newlands qui a la responsabilité du pack. Nous n’avons jamais rien lâché. Le travail a fini par payer. Nous avons gagné en cohésion. Il existe une saine émulation et tout le monde en profite.

Le collectif vient d’aligner trois succès consécutifs. Où s’est produit le déclic ?

La culbute s’est faite à Aurillac où malgré la défaite, nous avons retrouvé l’allant du début de saison. Ensuite la victoire face à Montauban nous a redonné cette confiance que nous avions perdue. Il nous fallait valider l’exploit à Biarritz face à Rouen un concurrent direct. C’est fait. Nous sommes sur une dynamique positive à conserver.

Dans quel état d’esprit abordez-vous ce déplacement ?

Nous prenons ce déplacement très au sérieux. Au match aller nous nous sommes inclinés (13 -14), après avoir mené (13 — 0) à la mi-temps. Nous avions manqué de maîtrise. Nous étions dans une spirale négative, elle est devenue positive. Nous avons gagné en maturité et en maîtrise. Et bien sûr cette confiance emmagasinée est un atout. Tous les feux sont au vert. Nous sommes parfaitement conscients que le chemin est encore long et qu’il nous faudra batailler pour décrocher le maintien.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Denis RAVANELLO
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?