Pour les Montois, seule la victoire est belle

  • Romain LATTERRADE of Mont de Marsan Thibaud REY of Mont de Marsan Aurelien LISENA of Mont de Marsan and Theo CASTINEL of Mont de Marsan celebrate the victory during the Pro D2 match between Mont-de-Marsan and Aurillac on January 22, 2021 in Mont-de-Marsan, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Stade Guy Boniface - Mont-de-Marsan (France)
    Romain LATTERRADE of Mont de Marsan Thibaud REY of Mont de Marsan Aurelien LISENA of Mont de Marsan and Theo CASTINEL of Mont de Marsan celebrate the victory during the Pro D2 match between Mont-de-Marsan and Aurillac on January 22, 2021 in Mont-de-Marsan, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Stade Guy Boniface - Mont-de-Marsan (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Montois ont assuré l’essentiel, même s’ils n’ont pas réussi à faire fructifier leur excellent début de match.

On peine encore à comprendre comment le Stade Montois, qui menait 12-0 à la seizième minute grâce à deux essais de bonne facture, a pu se faire peur au point de parer au plus pressé en fin de rencontre face à une équipe aurillacoise pourtant totalement absente des débats à l’entame et peu inspirée par la suite.

Mais il faut croire que la défaite de la semaine passée avait laissé des traces physiques et psychologiques, et que les Montois ont donc cédé à la pression, compagne d’une équipe qui n’arrive pas à sortir de la zone rouge. C’est ce qui transparaissant dans les propos de Rémi Talès après coup : « On se fait encore très peur ce soir, mais dans la situation qui est la nôtre, ces quatre points nous font énormément de bien. Nous aurions dû nous mettre à l’abri plus tôt, notamment avec deux pénalités qui pouvaient nous permettre de faire le break assez vite. Cela a peut-être entrainé de la crispation qui explique notre fin de match difficile. »

Rupture de rythme

Il semble donc que le problème se situe dans la tête plutôt que dans les jambes. Comment expliquer autrement qu’après une entame rêvée, apte à redonner confiance à un groupe qui en a tant besoin, la lumière se soit éteinte d’un coup. Car au moment où il fallait enfoncer le clou, les Landais ont rompu le rythme, choisissant un jeu au pied de pression et d’occupation systématique et improductif rendant les munitions à un adversaire qui heureusement, n’en a pas vraiment profité. Et sont apparus alors les symptômes du doute, approximations techniques, ballons perdus au contact, fautes diverses, jusqu’à ce que monte petit à petit une anxiété qui rien ne justifiait une heure auparavant.

Heureusement encore que les Montois ne manquent ni de solidarité ni de caractère, ce qui leur a servi lorsqu’à quatorze, et à dix minutes du terme, ils ont défendu leur ligne sauvagement pour se sortir d’une situation très défavorable. Mais en oubliant le bonus offensif qui leur tendait les bras et qu’ils ont laissé échapper sur leur seule action dangereuse de la seconde période, ils ont au final assuré le minimum. Ils s’en contenteront, puisque cette victoire leur permet de gagner deux places au classement, de souffler un peu et de retrouver le goût de la victoire.

Quant aux Cantalous, vu leur entame catastrophique, ils ne doivent pas être malheureux de ramener un point de leur voyage landais, pour preuve leur choix de botter en touche sur la sirène alors qu’ils avaient une dernière possession pour égaliser ou l’emporter.

Tous les points comptent dans ce championnat difficile, et pour ces deux équipes naviguant dans les mêmes eaux, à chaque jour suffit sa peine.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?