Castres puni, comme à l'aller

  • Kotaro MATSUSHIMA of Clermont during the Top 14 match between Clermont and Castres at Stade Marcel Michelin on January 23, 2021 in Clermont-Ferrand, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) - Kotaro MATSUSHIMA - Stade Marcel Michelin - Clermont Ferrand (France)
    Kotaro MATSUSHIMA of Clermont during the Top 14 match between Clermont and Castres at Stade Marcel Michelin on January 23, 2021 in Clermont-Ferrand, France. (Photo by Romain Biard/Icon Sport) - Kotaro MATSUSHIMA - Stade Marcel Michelin - Clermont Ferrand (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Après avoir procédé à onze changements pour mieux préparer le déplacement à Paris, les Tarnais n’ont pas pu éviter l’écueil auvergnat.

Ce n’est pas avec une gueule de dix pieds de long que Pierre-Henry Broncan a accueilli sa première défaite en tant qu’entraîneur principal, bien que celle-ci ait été salée de pratiquement soixante grains. D’abord parce que les résultats de la journée n’étaient pas exactement défavorables, entre les larges défaites d’Agen et de Bayonne, sans oublier le nouveau revers à domicile du MHR. Mais plus certainement parce que le technicien tarnais savait mieux que personne que l’opération maintien des siens ne pouvait pas passer par Marcel-Michelin, après trois week-ends où ses hommes venaient de lâcher beaucoup d’énergie, de forces et d’influx. « Comme nous sortions de trois matchs face à des équipes très denses, nous avions choisi de procéder à onze changements par rapport à l’équipe qui venait de gagner à Montpellier, pointait Broncan. Sauf qu’on est tombé sur une ASM encore plus dense que nos précédents adversaires… Cela nous a permis de mesurer la qualité d’une équipe comme Clermont, et de voir la réalité qui était la nôtre aujourd’hui. »

Dorian Clerc, la belle promesse

Un constat à la sévérité volontairement exagérée, Broncan étant parfaitement conscient au fond de lui que l’écart au score devait surtout au miroir grossissant de la baisse de régime de son équipe. « On a bien résisté pendant une mi-temps, sans avoir de réussite au pied. On tient même plutôt bien le choc jusqu’au tournant du match, cet essai sur interception de Raka qui fait basculer la rencontre. Parce qu’à ce moment-là, nous n’étions qu’à 7 points de l’ASM, et qu’on prend ce contre alors que nous venions d’initier un beau ballon porté qui avait avancé sur une quinzaine de mètres. Ensuite, ce n’est pas que l’équipe a lâché, mais elle a bien senti qu’à partir de cet instant tout allait devenir compliqué. Les gars ont fait ce qu’ils ont pu… »

Encaissant toutefois un 33 à 0 dans la dernière demi-heure qui fait forcément tâche, après le 24 à 0 concédé dans la même tranche de jeu lors du match aller… Toutefois, dans ce marasme renforcé par la blessure au genou de Julius Nostadt, le CO a toutefois eu le bonheur de voir éclore une belle promesse avec le deuxième ligne Dorian Clerc, « un vrai Ariégeois, pur produit du centre de formation », dixit Broncan, ainsi que la confirmation du potentiel du demi de mêlée Jérémy Fernandez. Lesquels auront certainement beaucoup appris de ce premier grand bain comme titul

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?