Ces fleurs du mal

  • Fabien GALTHIE coach of France during the France Captain's Run at Stade de France on February 8, 2020 in Paris, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) - Fabien GALTHIE -  (France)
    Fabien GALTHIE coach of France during the France Captain's Run at Stade de France on February 8, 2020 in Paris, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport) - Fabien GALTHIE - (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L'édito d'Emmanuel Massicard... Appréciez : le XV de France entame sa préparation au Tournoi des 6 Nations 2021 sous une pluie de compliments. Ceux, vous le lirez ici, de quelques-uns des meilleurs techniciens de la planète : Michael Cheika, Robbie Deans et Steve Hansen. Excusez du peu. Des hommes libres, sortis du concert international et qui n’ont plus aucun intérêt à bluffer. Leurs analyses ont, dès lors, d’autant plus de valeur, même s’il y a de quoi interpeller…

En se prêtant au petit jeu du décryptage du « système Galthié », ces trois références font le lit d’une équipe qui n’a pas encore gagné le moindre trophée et qui gonfle son trésor sur la seule année 2020. Neuf matchs, sept victoires, deux défaites et une équipe qui s’installe. D’évidence, ce n’est rien face à la concurrence qui s’arme au long cours, sur la durée et les expériences partagées. Mais cela n’en reste pas moins un vrai succès à l’échelle du XV de France, de son histoire et sa culture de la révolution permanente. En d’autres temps, les têtes tombaient à la moindre contre-performance.

Félicitons-nous donc du changement d’état d’esprit et de cette continuité enfin assumée, qui offre à notre bleusaille un apprentissage en version accélérée ; il n’y aura rien de trop d’ici au Mondial 2023. Sur ce point, les choses sont claires : le XV de France « made in Fabien Galthié » n’a plus rien à envier aux autres nations qui haïssent l’incertitude et nous mentent, quand elles affirment envier notre (french) flair.

Mais attention, toutes ces fleurs lancées à la volée - aussi méritées soient-elles à propos du talent des hommes, des vertus défensives, de la qualité du jeu au pied ou encore de la suite dans les idées - vous font tomber d’assez haut pour faire mal à celui qui n’y prendrait garde.

Ne soyons pas dupes, l’équipe de France a encore tout à gagner. Le Tournoi d’abord et la Coupe du monde en suivant, voici les véritables juges de paix du groupe de Charles Ollivon. Tout commencera en Italie, dans moins de quinze jours, avant d’enchaîner en Irlande, si les conditions sanitaires le permettent.

Ces deux premiers voyages donneront le ton d’une année singulière, qui doit confirmer les promesses régulièrement apparues en 2020 et la fameuse montée en puissance tant espérée par Galthié. Ils continueront à roder la jeunesse, à donner toujours plus de corps au projet et, en cas de succès, à faire tomber encore tant de fleurs sur le berceau du XV de France. Si cela pouvait être vrai. Jusqu’au bout. Le plus longtemps possible…

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?