L’histoire du week-end : Agen empile les tristes records

  • L’histoire du week-end : Agen empile les tristes records
    L’histoire du week-end : Agen empile les tristes records Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Avec un quinzième revers de suite, le SUALG égale le record de l’Usap de 2019 et s’enfonce week-end après week-end vers une triste saison historique.

Reçus 15 sur 15. Mais ils s’en seraient bien passés. Agen a égalé le record de Perpignan qui datait de 2019, sur le nombre de revers consécutifs en Top 14. Les Agenais s’en sont rajoutés un de plus, celui du revers avec le plus gros écart (- 59 points), effaçant celui de Mont-de-Marsan, déjà face à Toulouse (avec 8-60 en 2009) des tablettes. De ces « éloges », le président Jean-François Fonteneau s’en serait bien passé, tout comme des constats des anciens du club Antoine Miquel : « C’est triste, quand je vois l’attitude de certains joueurs sur le terrain, ça me fait ch… J’ai vu certaines choses dès le début. Cela parlait déjà un petit peu et puis dès qu’on a marqué notre premier essai, j’ai eu l’impression qu’ils baissaient les bras. Ça m’a fait de la peine. Je suis surtout triste pour les gars qui sont là depuis un moment, et qui ne lâchent pas, je le sais. Et pour quelques jeunes qui s’y sont quand même filés. À Agen, je me dis qu’il y a encore de bons jeunes, il faut s’appuyer dessus et j’espère qu’ils feront quelque chose de bien la saison prochaine. » Et Pierre Fouyssac : « Rapidement, on a vu dans leurs yeux qu’ils ont baissé les bras. Ça a été plus facile pour nous. »

Fonteneau ne leur jette pas la pierre. « Je sais que cela a agacé certains de mes joueurs, mais je comprends leur point de vue. Ils ne font que montrer leur attachement à leur club formateur. Ils sont dépités et déçus de notre situation », glissait, ce dimanche midi, le patron du club qui avait passé une partie de la matinée à revoir le match de la veille. « On n’est pas au niveau de Toulouse. On le savait avant le coup d’envoi, on l’a tristement démontré. Que dire ? On peut regretter notre manque de détermination collective, le fait que l’on baisse les bras trop vite en termes de combat. Je suis fataliste pour cette saison, mais le club cherche à reconstruire pour la saison prochaine », lâchait-il laconique.

Obligation de réaction

Le week-end prochain, son club ira défier Bayonne, pour tenter de ne pas « améliorer » ce record. Une rencontre a priori abordable pour les Agenais. « C’est sûr que, dans la tête des joueurs, c’est un objectif plus atteignable. On espère récupérer quelques cadres pour cette rencontre, mais on sait que les Basques veulent se sortir aussi de leur mauvaise passe. »
Agen est-il donc condamné à errer jusqu’à la fin de la saison aux quatre coins du Top 14 ? À encaisser des gros scores ? Bayonne semble être une de leur dernière opportunité de victoire avec, compte tenu de la situation du MHR, la réception des hommes de Saint-André le 20 février. Ils se doivent de réagir de ne pas se plomber la saison suivante avec un zéro pointé qui commence à se profiler…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?