Aurillac, vaincre ou trembler !

  • Les Aurillacois qui ont chuté face aux Montois espèrent se relever ce week-end et venir à bout des joueurs de l’Ain. Photo Icon Sport
    Les Aurillacois qui ont chuté face aux Montois espèrent se relever ce week-end et venir à bout des joueurs de l’Ain. Photo Icon Sport
Publié le

Si les Cantaliens veulent mettre à profit la semaine de repos, cela passera obligatoirement par une victoire face à Oyonnax.

Pas la peine de chercher midi à 14 heures. Le Stade aurillacois s’est encore emmêlé les pinceaux chez un mal classé la semaine dernière. Heureusement, le point de bonus défensif ramené de Boniface sauve les apparences. C’est donc une nouvelle fois un Aurillac sous pression qui va accueillir Oyonnax, un autre prétendant au top 6, voire plus.

Car pour conclure cette quatrième tranche de la saison, il ne faudra pas y aller par quatre chemins. À défaut de vaincre ou périr car il encore top tôt, ce sera vaincre ou trembler pour les hommes de Roméo Gontineac. Le technicien roumain, tout comme son staff, n’en finit pas de se gratter la tête pour tenter de comprendre ce qui se passe dans celle de ses joueurs.

Comment peut-on, d’une semaine à l’autre, enfiler le costume de Jekyll puis celui de Hyde, faire preuve d’une grande maîtrise face à une qualifiable et frôler l’indigestion contre un mal classé ? Mystère au pays du plus grand volcan d’Europe qui, s’il devait se réveiller, cracherait des braises une fois sur deux.

"Être des tueurs !"

On souhaiterait tellement que le Stade aurillacois affiche un visage de sérénité, proposant chaque semaine ce rugby qu’il est en capacité de produire, dominant son sujet sur les fondamentaux et envoyant du jeu dès que l’occasion se présente. Et c’est sans doute parce que Gontineac croit fermement en son groupe, qu’il a haussé le ton. "Vous n’êtes pas assez "tueurs" !" martelait-il cette semaine, dans le sens avoir en permanence la volonté de tuer les matchs. "Nous ne sommes pas des enfants. Alors il ne faut être hypocrite et dire les choses comme elles sont", lâchait le coach qui demande encore à ses hommes d’être encore plus tranchants dans la zone de marque. "On sait se révolter. Nous devons avoir l’état d’esprit d’un boxeur qui monte sur ring. On a encaissé, maintenant il faut donner." Alors oui, les coéquipiers de Pierre Roussel devront faire preuve d’une détermination hors norme pour faire plier Oyonnax. Un groupe du Haut-Bugey qui s’est refait un peu la cerise contre Carcassonne d’ailleurs après avoir vécu une période difficile et quatre défaites d’affilée.

Alors ce soir pas de blague, d’autant qu’il y a des confrontations directes pour cette 18e journée. Se maintenir à sept longueurs de la zone de relégation serait la moindre des choses !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?