En attendant "Oyo"

  • Romain LATTERRADE of Mont de Marsan Thibaud REY of Mont de Marsan Aurelien LISENA of Mont de Marsan and Theo CASTINEL of Mont de Marsan celebrate the victory during the Pro D2 match between Mont-de-Marsan and Aurillac on January 22, 2021 in Mont-de-Marsan, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Thibaud REY - Romain LATTERRADE - Theo CASTINEL - Aurelien LISENA - Stade Guy Boniface - Mont-de-Marsan (France)
    Romain LATTERRADE of Mont de Marsan Thibaud REY of Mont de Marsan Aurelien LISENA of Mont de Marsan and Theo CASTINEL of Mont de Marsan celebrate the victory during the Pro D2 match between Mont-de-Marsan and Aurillac on January 22, 2021 in Mont-de-Marsan, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Thibaud REY - Romain LATTERRADE - Theo CASTINEL - Aurelien LISENA - Stade Guy Boniface - Mont-de-Marsan (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Toujours à la course aux points, les Landais doivent profiter de ce déplacement pour préparer les prochaines échéances.

Si en début de saison, avec trois rencontres reportées, le Stade montois a pâti d’un manque de rythme pouvant expliquer en partie ses mauvais résultats, on ne peut plus en dire autant depuis son déplacement à Aurillac le 20 novembre dernier. En à peine deux mois, les Landais ont en effet disputé neuf rencontres avec seulement une dizaine de jours de repos lors de la trêve des confiseurs. Une cadence qui leur a d’ailleurs permis de sortir la tête de l’eau et de se donner un peu d’air malgré une contre-performance à domicile face à Perpignan.

Ce n’est donc pas le manque de rythme qui guette aujourd’hui les Jaune et Noir, mais au contraire un début de fatigue, puisque le calendrier qui leur est proposé est dantesque. Seize matchs sans la moindre semaine de repos jusqu’au 23 avril et la vingt-huitième journée.

Obligés de courir après les points à chaque rencontre pour sortir définitivement de la zone rouge, les coéquipiers de Yoann Laousse-Azpiazu vont devoir gérer leur physique, leur mental et croiser très fort les doigts pour éviter la casse. Équation difficile à résoudre. Car avec un effectif qui n’est pas pléthorique et une bonne dizaine de blessés actuellement, ils n’ont pas vraiment de marge de manœuvre.

Valider les progrès

Dans ce contexte, le déplacement à Nevers, qui n’est pas un voyage d’agrément en temps normal, peut devenir encore plus piégeux. Mais il pourrait permettre au moins de confirmer les progrès enregistrés depuis deux mois. Car progrès il y a, sans conteste possible. Sur les bases du jeu d’abord, conquête et défense. Sur le caractère du groupe ensuite. Sur l’animation offensive enfin qui a permis, depuis quelques semaines, de retrouver le chemin de l’en-but adverse en validant des séquences intéressantes.

À bien y réfléchir, ce déplacement à Nevers peut être une chance, car ce n’est pas face à cette grosse écurie que les Montois auront le plus de pression, mais plutôt lors de leurs deux prochaines réceptions.

Voilà donc l’occasion de se lâcher sans arrière-pensée. Et qui sait ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?