Heem aurait mérité une autre sortie

  • Bryce Heem a beaucoup tenté mais quitte Toulon sur une défaite frustrante
    Bryce Heem a beaucoup tenté mais quitte Toulon sur une défaite frustrante Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le , mis à jour

Le Néo-Zélandais a tout tenté pour partir sur une victoire. Mais ses camarades des lignes arrière n’ont pas été en verve, malheureusement pour lui.

Au coup de sifflet final, Bryce Heem est tombé dans les bras de ses partenaires pour sécher ses larmes. Le Néo-Zélandais, contraint de repartir de l’autre côté du globe pour être au chevet de son père, venait de voir son aventure varoise se conclure sur un crève-cœur : une défaite de deux points quand la victoire avait finalement semblé s’offrir à l’arrière et à ses partenaires. «Le sentiment principal et le premier mec auquel je pense après cette défaite, c’est Bryce Heem, a réagi, à chaud, Raphaël Lakafia. Nous aurions voulu lui offrir une autre sortie. Il a toujours donné tout ce qu’il avait, cette fois encore. Et ça me fait ch... qu’on lui offre seulement un bonus défensif.»

Un vrai casse-tête

Bryce Heem, le meilleur trois-quarts rouge et noir samedi soir avec Isaia Toeava, aura tout tenté pour mener ses partenaires à la victoire, avec un franchissement, trois défenseurs battus et douze courses. Pour le reste, les lignes arrière, composées au gré des absences sur blessures et sur sélection, n’auront pas eu le rendement escompté. à commencer par la charnière, au-delà même de l’échec final du demi de mêlée et du carton rouge de l’ouvreur : «Sonatane (Takulua) n’avait plus joué depuis presque un mois, Duncan (Paia’aua) n’avait plus joué 10 depuis un moment. Quand vous jouez dans des conditions climatiques comme celles-ci, il faut que le 9 et le 10 maîtrisent la stratégie.» Les deux joueurs en question ne manquent pas de talents mais de repères et de bonnes habitudes.

Il serait sévère de blâmer aussi Masivesi Dakuwaqa, contraint de dépanner à droite et à gauche. Le Fidjien n’en reste pas moins fautif sur le premier essai briviste. Si l’on ajoute à ça l’indiscipline d’Erwan Dridi, remuant à l’excès, les lignes arrière du RCT - sans Serin, Carbonel, Nonu, Villière... - ne se sont pas mis au diapason d’un paquet d’avants impressionnant malgré les changements. L’équation des trois-quarts, déjà complexe, va devenir un véritable casse-tête pour le staff du fait de l’exclusion de Duncan Paia’aua et du départ de Bryce Heem...

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?