Le MHR a encore coincé

  • Guilhem Guirado et les siens ont encore laissé la victoire leur filer entre les doigts dans les derniers instants.
    Guilhem Guirado et les siens ont encore laissé la victoire leur filer entre les doigts dans les derniers instants. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Battus pour la septième fois d’affilée, les Héraultais ont encore montré de belles choses. Mais l’indiscipline en fin de match a tout gâché.

Une nouvelle fois, le MHR a manqué de jus, une nouvelle fois le MHR a manqué de justesse dans ce money-time qui lui fait tellement défaut en ce moment. Les Cistes viennent d’enchaîner une septième défaite mais ce qui est plus problématique, c’est que c’est la troisième défaite d’affilée à domicile. De quoi désabuser le deuxième ligne Bastien Chalureau après la rencontre : «C’est très difficile sachant qu’on s’emploie mais qu’on se chie dessus sur les dix dernières minutes.»

Comme face à Brive, Castres ou encore Lyon, les Héraultais auront dominé et montré de belles dispositions à l’image d’un Benoît Paillaugue très à l’aise et entreprenant à l’ouverture ou encore d’un Jan Serfontein à son aide au centre de l’attaque héraultaise, avec un superbe crochet infligé à Juan Imhoff en début de rencontre.

Dix-sept pénalités concédées

Les hommes de Philippe Saint-André comptaient quand même huit points d’avance peu avant l’heure de jeu après l’essai de Gabriel Ngandebe, lui qui faisait partie des joueurs qui avaient été écartés par le manager de Montpellier avant la rencontre contre Lyon. «Je suis très déçu pour les joueurs, l’investissement qu’ils mettent, regrettait « PSA » en zone mixte. Ils ont montré beaucoup de courage, il y a pas mal de progrès et un bel essai.»

Cette fin de match gâchée et cette nouvelle défaite viennent du fait que le mal profond du MHR, la discipline, a refait surface. Alors qu’ils n’avaient concédé «que» dix pénalités contre Lyon, Montpellier a rechuté, commettant dix-sept fautes dont presque un tiers dans ces fameuses dix dernières minutes. «Toutes les semaines, on se dit de faire attention mais dans un collectif, il y a des individualités et ce sont des erreurs personnelles», lâchait Bastien Chalureau.

La première ligne, dans le secteur de la mêlée, a beaucoup souffert également. «On donne des pénalités stupides à la fin», râlait l’expérimenté Cobus Reinach, ajoutant quand même que «l’équipe grandit et que la situation va s’inverser». Le MHR finira bien par trouver la faille, après ses défaites in extremis. Comme le dit Chalureau, «les équipes ne partent pas avec un match facile, elles se disent que nous sommes costauds mais il ne manque qu’un petit rien». Certes mais une victoire devient plus qu’urgente pour ce MHR malade qui traîne en treizième et avant-dernière position. «On va revenir avec plus d’envie, de détermination et de grinta», assure Philippe Saint-André.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Kenny Ramoussin
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?