Le Racing joue sa carte jeunes

  • Le jeune Antoine Gibert (23 ans), plein de sang froid, a inscrit la pénalité de la gagne.
    Le jeune Antoine Gibert (23 ans), plein de sang froid, a inscrit la pénalité de la gagne. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Malmené tout au long de la partie, notamment à cause d’une conquête étonnamment défaillante, le club francilien s’est imposé grâce à la fougue de sa jeune garde.

Il aura tremblé jusqu’à la fin, ce Racing. Sortant de deux défaites concédées à domicile et face à des concurrents directs, le club des Hauts-de-Seine se devait de retrouver la victoire dans l’Hérault pour regarder à nouveau vers le haut du tableau : «Tout le match a été assez stressant, assez dur. Nous sommes heureux du résultat que l’on a certes remporté à l’arraché, mais nous étions en manque de confiance ces dernières semaines», reconnaissait l’ouvreur François Trinh-Duc. 

Il fut d’autant plus dur et stressant que l’alignement francilien se dérégla complètement en deuxième mi-temps : lancers trop hauts, sauteurs en retard, soutiens égarés… Les Franciliens ont perdu pas moins de sept de leurs lancers. Une défaillance inhabituelle pour cette équipe qui possède l’un des meilleurs alignements du championnat. Mais fort heureusement pour eux, les Racingmen avaient une mêlée d’airain : «Nous sommes restés solidaires malgré cette défaillance en touche qui est habituellement un secteur qui nous réussit. Pour autant, sans s’énerver, nous n’avons pas déjoué. On s’est resserré sur la mêlée qui fut un secteur très positif.» C’est en effet grâce à deux pénalités remportées en mêlée fermée en toute fin de rencontre que les hommes de Laurent Travers se sont imposé. Deux pénalités gagnées par les jeunes piliers géorgiens Guram Gogichashvili et Gia Kharaishvili qui entouraient le trentenaire Kévin Le Guen.

Gibert leur a refait le coup !

L’image est forte. Car pour rappel, les deux Géorgiens sont encore des minots (respectivement 22 et 21 ans), surtout à un poste où la maturation est lente. Mais elle vaut aussi pour illustrer la performance de la charnière remplaçante formée par Nolann Le Garrec (18 ans) et Antoine Gibert (23 ans) qui a littéralement redonné un coup de fouet à l’attaque francilienne peu avant l’heure de jeu. Et pour couronner le tout, Gibert fut l’auteur de la pénalité de la gagne (78e). C’est la deuxième fois que l’enfant terrible des Hauts-de-Seine fait le coup : le 24 octobre, Gibert avait passé deux pénalités décisives dans les dernières minutes du derby face au Stade français, pour offrir à son équipe la victoire à Jean-Bouin…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?