L'enseignement du week-end : Carcassonne, la bonne opération

  • A l’image de la performance du pilier Aurélien Azar, auteur d’un essai au retour des vestiaires, le collectif carcassonnais a réalisé une prestation de premier plan face à Rouen.
    A l’image de la performance du pilier Aurélien Azar, auteur d’un essai au retour des vestiaires, le collectif carcassonnais a réalisé une prestation de premier plan face à Rouen. Stéphanie Biscaye. - Stéphanie Biscaye.
Publié le

Carcassonne n’avait pas le droit à l’erreur face à Rouen. Les Audois se sont imposés avec le bonus offensif. L’avenir est plus serein, alors que leurs concurrents directs ont connu des infortunes.

Voilà ce qu’on appelle une bonne opération. Avant la réception de Rouen, Carcassonne était dans le dur, mis au pied du mur après ses deux revers à Colomiers et à Oyonnax, le maintenant à une peu reluisante quinzième place, celle de premier relégable.

Vendredi soir, Rouen a fait les frais du réveil audois. Pour leur première apparition à Albert-Domec, en Pro D2, les Normands n’ont fait illusion qu’une mi-temps grâce à la botte fructueuse de Jordan Michallet (100 % de réussite). Avant le changement de côté et face au vent, le RNR avait bien limité les dégâts (9-10). Mais en seconde mi-temps, les Lions n’ont pas existé, dominés par des Carcassonnais euphoriques, appliqués, pragmatiques et réalistes. à l’issue de cette seconde période parfaitement maîtrisée par les hommes de Christian Labit, Carcassonne s’est imposé avec le point du bonus offensif (29-9), le premier de la saison. Pour trouver trace d’une semblable performance, il faut remonter au 23 août 2019, contre Vannes (37-10).
 

Labit : « Confirmer face à Montauban »

Après ce sixième succès, le quatrième à domicile et le second face aux Rouennais (victoire à l’aller 21-13), Carcassonne fait un sacré bond au classement, passant de la quinzième à la douzième place, et envoie un message à ses principaux concurrents directs pour le maintien que sont Rouen (13e), Valence-Romans (14e), Mont-de-Marsan (15e) et Soyaux Angoulême (16e). D’autant plus qu’ils n’ont pas vraiment été inspirés ce week-end : les Landais ont bu une grosse tasse à Nevers (36-6) et dans le match de la peur, Valence-Romans et Soyaux-Angoulême se sont quittés sur un score de parité (25-25), qui n’arrange personne.

Après ce succès flatteur, Christian Labit a tenu à mettre les points sur les i : « Il ne faut surtout pas s’enflammer. Nous sortons de la zone rouge à l’issue d’un résultat qui nous est très favorable mais il reste encore beaucoup de points à prendre. Dans ce championnat, il peut se passer des tas de choses. Concentrons-nous d’abord sur le maintien car il n’est pas encore acquis. Seuls quatre points nous séparent de Mont-de-Marsan, le premier relégable. Ce succès, il faut le valider vendredi. Depuis le début de la saison, nous n’avons pas réussi à enchaîner deux victoires. En s’imposant face à Montauban, nous pourrions être davantage sereins pour la suite. »

Après quoi, l’USC s’exportera à Perpignan et recevra Biarritz. On l’aura compris, la victoire face aux Tarn-et-Garonnais sera impérative. En venant à bout de Rouen, Carcassonne a fait un bon placement mais n’est pas encore sorti de l’auberge car Rouen, Valence-Romans, Mont-de-Marsan (deux matchs en moins) et Soyaux-Angoulême n’ont certainement pas dit leur dernier mot.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?