L'enseignement du week-end : L'UBB s'impose coup sur coup à l'extérieur

  • En s’imposant dans les tout derniers instants à Clermont, l’Union Bordeaux-Bègles a frappé fort.
    En s’imposant dans les tout derniers instants à Clermont, l’Union Bordeaux-Bègles a frappé fort. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En deux semaines, les Bordelais se sont imposés au Racing et à Clermont. Voilà leur championnat totalement relancé. 

L’UBB s’est totalement relancé avec deux victoires à l’extérieur coup sur coup et pas n’importe où, au Racing et à Clermont, deux concurrents directs. Les Bordelais se retrouvent à la quatrième place, leur meilleur classement cette saison.

Ça change tout pour la fin du parcours que les Girondins vont aborder dans un état d’esprit conquérant. Certes, cette saison est moins euphorique que 2019-2020 Mais à l’impossible, nul n’est tenu. Et ces deux exploits sonnent comme des réponses à ceux qui glosaient un peu sur une équipe soi-disant en régression. Ce n’est plus vraiment évident quand on sait que les Bordelais ont gagné à Clermont sans trois joueurs retenus par les Bleus. Matthieu Jalibert, Cameron Woki et Thierry Paiva. On sait aussi que le club n’a pas été épargné par les blessures surtout au niveau des trois quarts, Cordero, Ducuing, Seuteni, Lamerat, Cros manquent à l’appel (plus Mahamadou Diaby en troisième ligne).

Les Bordelais ont aussi à s’imposer en Auvergne avec un buteur, Ben Botica qui a manqué trois pénalités.C’est la preuve que cette équipe a une âme. Christophe Urios nous en avait parlé ces dernières semaines. Il n’avait pas cherché à nier que les derniers résultats devaient beaucoup aux performances de Matthieu Jalibert. Mais il avait précisé : « Toutes les grandes équipes ont un joueur essentiel… Ce qui fait la force et la différence entre les groupes qui ont de la solidarité et de l’envie, c’est la qualité des joueurs évidemment. Mais l’équipe est capable de faire face à ses absences parce que c’est une équipe justement. J’espère qu’on le verra quand Matthieu ne sera pas là. Une équipe c’est intelligent, quand elle fonctionne bien, elle sait où sont ses forces. Quand tu arrives dans une équipe qui marche bien tu dois reprendre le flambeau. »

Pas des paroles en l’air

Ce n’était pas des paroles en l’air. Par sa victoire à Clermont, son UBB a confirmé les propos du « boss ». Le début de match très réussi sur le plan offensif l’a prouvé de manière éclatante. Même sans leur ouvreur vedette, et sans un chasseur d’essais argentin les Bordelais sont donc capables d’imposer leur jeu. C’est ce qu’il aura retenu à coup sûr, son groupe à une âme, une ADN, une ambition qui perdure au-delà des aléas d’une saison.

Samedi après-midi, Christophe Urios a ajouté : « On s’est retrouvés du bon côté du miroir. J’avais une incertitude : soit on jouait le match pour le gagner, soit on jouait juste le match de plus qui nous permettait d’arriver en vacances tranquillement. Après l’enchaînement diabolique qu’on a connu depuis début janvier, je suis fier des joueurs. On a fait une grosse entame, même si on a lâché des points au pied… Le match aurait pu nous échapper encore en fin de partie. Mais si tout n’a pas été parfait, si on s’est parfois compliqué la tâche, sur l’état d’esprit on a été remarquable. J’ai vu une équipe de gagnants et ça pour la suite, c’est bien. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?