Le LOU au pied des murs

  • Toby Arnold et les siens vont avoir du pain sur la planche dans les prochaines semaines
    Toby Arnold et les siens vont avoir du pain sur la planche dans les prochaines semaines Icon Sport
Publié le

Après plusieurs contre-performances, le Lou reste aux portes du Top 6 avant de se déplacer à Clermont en match en retard. Il enchaînera ensuite par un voyage au Racing et la réception de Toulouse.

De toutes les nouvelles ces dernières semaines, le retour de Jonathan Wisniewski est l’une des moins mauvaises pour un Lou en plein doute, avec l’arrivée du troisième ligne, Jordan Taufua (lire par ailleurs). Fin décembre, la mauvaise passe lyonnaise a d’ailleurs débuté avec les sorties sur blessure de l’ouvreur lyonnais, et de Mathieu Bastareaud, lors du premier quart d’heure à Brive. Alors, le retour du buteur coïncidera-t-il avec un regain de forme lyonnais ? Cela serait aller sûrement un peu vite en besogne. «Ce n’est pas que moi, sourit-il. Nous sommes sur courant alternatif. Nous arrivons à être bien sur un match, où nous sommes surmobilisés, où on a peur d’être ridicules. Ensuite, nous avons du mal à être cohérents.»

Et l’ouvreur d’énumérer toutes les scories du jeu lyonnais constaté ces dernières semaines, entre erreurs individuelles, fautes stratégiques, tout ce qui fait cette équipe capable de gagner à Montpellier, puis de se créer des occasions en or contre Pau et de se prendre les pieds dans le tapis... Avec le déplacement à Clermont, sur un terrain où il peine à être performant, Lyon inaugure une série de trois matchs qui devraient en dire beaucoup sur la suite de sa saison. Il enchaînera ensuite au Racing, avant de recevoir Toulouse. «C’est une chance, positive Jonathan Wisniewski. Ça peut nous apporter de vraies réponses à nos questions : Qu’est-ce que nous faisons ? Où en sommes-nous ? Nous entrons dans le dernier sprint finale. Nous n’avons plus le choix.»

Pas de place pour l’à peu près

L’à peu près entrevu lors des dernières rencontres n’aura pas sa place, sous peine de rester aux portes du Top 6. Si les entraînements sont aussi bons que les Lyonnais l’affirment, il s’agit maintenant de transcrire cela le week-end, en affichant un engagement de tous les instants. «Quand nous ne sommes pas dans une intensité maximale, qu’il manque 5 à 10%, on peut perdre contre n’importe qui. Au contraire, quand nous y sommes, nous pouvons battre tout le monde.»

Au pied d’un mur qui s’est élevé au fur et à mesure des contre-performances de ses dernières semaines, le Lou sait ce qu’il lui reste à faire.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?