Théo Millet : «Retrouver de la confiance»

  • Théo Millet devrait retrouver les terrains face à Mont de Marsan
    Théo Millet devrait retrouver les terrains face à Mont de Marsan Icon Sport
Publié le

Le centre oyonnaxien Théo Millet va faire son grand retour sur les terrains après plus de trois mois sans jouer. Impatient, le joueur de 23 ans a accepté de revenir sur la saison en dents de scie de son équipe, avec notamment des dernières semaines difficiles.

Après trois mois d’arrêt vous effectuez votre grand retour dans le groupe. Quels sont vos sentiments ?

On ne va pas parler de grand retour, juste d’un retour que j’attendais. C’est un énorme plaisir de pouvoir retrouver la compétition. J’ai hâte de rejouer, avec l’espoir de pouvoir apporter quelque chose à l’équipe.

Votre dernier match remonte au 29 octobre à Béziers. Aviez-vous déjà connu une si longue interruption ?

Jamais ! C’était ma première grosse blessure, une rupture d’un tendon fléchisseur des doigts avec un autre problème au biceps qui pour sa part n’a pas nécessité d’opération. Au début cela a été très difficile à vivre. Je ne savais pas combien de temps cela allait durer. De par la nature de cette blessure j’ai néanmoins pu continuer à travailler physiquement sur des points différents de mes habitudes. Le temps est passé plus vite et en définitive je l’ai plutôt bien vécu surtout en mettant en perspective ma situation et celle de ceux qui sont atteints par la Covid-19.

Après un début de saison sous le signe de la victoire, comment avez-vous réagi, depuis l’infirmerie, aux problèmes rencontrés par votre équipe ?

J’ai surtout été gagné par un sentiment d’impuissance, par de la frustration aussi. Après une suite de huit matchs sans défaite, on pouvait avoir la crainte de l’échec. Et il y a eu cette série de quatre revers, les six points pris sur l’ensemble de nos six derniers matchs. Il nous reste du temps pour redresser tout cela en continuant à travailler.

Quand on n’est pas sur le terrain, le ressenti est-il le même ?

Que l’on gagne ou que l’on perde cela appartient à l’ensemble du groupe. Même en n’étant pas sur la feuille de match on ressent ce manque de confiance qui s’installe. Le scénario de matchs maîtrisés en première période avant de s’effondrer dans le deuxième acte est encore plus difficile à vivre et à expliquer. On peut vite se mettre la tête au fond du seau.

Dans quel état d’esprit retrouvez-vous la compétition ?

Il y a forcément la crainte de savoir si tout tient bien après une longue blessure. Au coup d’envoi elle ne sera plus là. Je reviens avec la volonté d’être à 100 %. Il y a un peu d’impatience, beaucoup d’envie et un petit supplément de motivation compte tenu de nos derniers résultats. Sur ce match il y aura une forme de challenge à relever pour nous remettre dans le bon sens.

Dans cette approche peut-on dissocier contenu et résultat ?

Nous avons besoin de nous rassurer et dans notre situation cela passe autant par le résultat comptable que par la qualité de notre jeu dans ses différents aspects que ce soit le combat, la conquête ou notre capacité à prendre à nouveau du plaisir avec le ballon. En conjuguant tout cela nous pouvons avoir des ambitions.

Ne sont-elles pas dictées par vos derniers résultats ?

Il est clair que l’on ne peut pas continuer sur le rythme qui est le nôtre depuis plusieurs semaines. La qualification demeure notre objectif prioritaire. Nous devons avoir une réaction autant pour rester dans la course que pour retrouver cette confiance qui nous fait défaut.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre Dunand
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?