Tastet : « Il y a des motifs d’espoir »

  • Julien Tastet évoque la saison de son équipe du Stade Montois
    Julien Tastet évoque la saison de son équipe du Stade Montois Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L'entraîneur de Mont-de-Marsan, Julien Tastet, est revenu sur le match nul de son équipe à domicile contre Oyonnax. Il évoque aussi la saison difficile de son équipe et les semaines à venir qui s'annoncent compliquées. 

Quel est le sentiment qui domine au lendemain de cette rencontre ?

Des sentiments mitigés et un certain optimisme par rapport à notre production. Sur le plan offensif, nous avons réalisé ce que nous souhaitons mettre en place et que nous travaillons depuis le début de saison. Mais aussi de la frustration parce que nous manquons de réalisme alors que nous avons les clés pour l’emporter. C’est surtout pour les joueurs que j’ai ce sentiment parce qu’ils ne sont pas totalement récompensés de leurs efforts.

Il y a tout de même beaucoup de motifs de satisfaction à retirer du contenu, non ?

C’est vrai. Nous avons rivalisé avec une très belle équipe, nous avons su la déstabiliser par le mouvement. Sur ce plan-là, il y a vraiment de la matière. Je crois aussi que les joueurs ont vraiment pris du plaisir et qu’ils en ont donné à leurs supporters et c’est important. C’est quand même la finalité de ce jeu. Il faut espérer que ce match permettra au groupe d’emmagasiner de la confiance, même s’il ne se solde pas par une victoire.

N’est-ce pas la gestion des temps forts et des temps faibles qui fait encore défaut à votre équipe ?

C’est une évidence. Nous avons des progrès à faire dans ces secteurs. Sur le plan stratégique, nous ne sommes pas encore assez cohérents et pas assez précis non plus techniquement sur certains détails qui n’en sont finalement pas. Deuxou trois touches perdues ou mal assurées à des moments clés, un manque de réalisme dans les zones de marque pour finir des actions gagnantes, un jeu au pied parfois approximatif : ce sont des choses qu’il faut continuer de travailler pour passer un cap.

Vous êtes engagés dans un marathon sans repos jusqu’à fin avril. Est-ce un motif d’inquiétude ?

Disons que nous nous adaptons à cette donnée. Bien sûr, il faut espérer ne pas avoir trop de blessés mais nous faisons en sorte de ménager des temps de repos à ceux qui en ont besoin. Cela nous permet de lancer de jeunes joueurs pour accélérer leur progression. C’est ce que nous avons fait à Nevers, par exemple, et ils nous ont donné satisfaction. Ce n’est pas forcément négatif, bien au contraire.

À titre personnel, ce n’est pas une saison simple pour un entraineur qui débute. Avez-vous la sensation d’apprendre plus vite ?

J’aurais préféré une première saison plus sereine mais les conditions que nous vivons nous font grandir plus vite au sein du staff. Elles renforcent encore nos liens, elles nous obligent à nous remettre en question en permanence, à être dans l’action en continu. Au bout du compte, je crois que nous aurons emmagasiné plus vite de l’expérience pour le futur.

Est-ce la même chose pour les joueurs ?

Je le pense. Nous avons un groupe jeune, en construction, qui traverse une période compliquée mais qui montre une grande solidarité. Si je n’en ai pas parlé dans les motifs de satisfaction, c’est que c’est un paramètre qui me semble acquis. Personne ne lâchera, tous veulent laisser le club en Pro D2. Et cette saison si particulière aura un impact sur les suivantes, j’en suis persuadé. Elle nous aura permis de faire éclore des jeunes avec un vrai potentiel et elle aura cimenté un état d’esprit. Si nous arrivons à assurer le maintien, nous serons plus forts l’an prochain.

Il y a donc quand même des motifs d’espoir ?

Bien sûr mais il faut garder en nous cette frustration qui va nous donner l’envie d’aller gagner le prochain, dès vendredi face à Montauban.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre Baylet
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?