Benjamin Urdapilleta : le maestro court toujours

  • Top 14 - Castres-Bayonne - Benjamin Urdapilletta
    Top 14 - Castres-Bayonne - Benjamin Urdapilletta
Publié le

Le maître à jouer argentin du CO vient de reconduire son bail dans le Tarn. À 34 ans, il demeure l’une des meilleures armes de son équipe. Les Montpelliérains le savent bien.

Ils ont un peu joué au chat et à la souris. On lui a prêté une aventure à vivre du côté de Perpignan et le bruit a couru qu’il pourrait être échangé avec Ben Botica. Mais finalement, à la toute fin du mois de janvier, Benjamin Urdapilleta et le Castres olympique ont fini par annoncer la prolongation de leur histoire d’amour, à la plus grande joie des supporters du CO qui pourront se régaler pour une saison de plus des éclairs de leur maître à jouer argentin. Arrivé dans le Tarn en 2015 en provenance d’Oyonnax dans les valises de Christophe Urios, le Puma (11 sélections) a tout connu dans le club de la sous-préfecture tarnaise et est notamment devenu champion de France en 2018. "Le CO m’a beaucoup apporté, explique l’ouvreur au moment d’expliquer sa décision de rester dans le Tarn. Ma fille est née à Castres et je me sens très bien dans la ville et au sein du club. J’ai eu l’opportunité de jouer le haut du tableau et de remporter le Bouclier de Brennus, c’était un rêve devenu réalité."

Urdapilleta, bourreau du MHR

Il faut dire que malgré ses 34 ans bien tassés — il en aura 35 le 11 mars -Urdapilleta reste une des valeurs (très) sûres du poste de demi d’ouverture en Top 14. Les Montpelliérains, contre qui il sera titulaire samedi pour la quinzième fois de la saison en quinze apparitions sur dix-sept possibles, le savent bien. Il fut régulièrement leur bourreau dans l’histoire récente des deux clubs. On se souvient notamment de ce soir de juin 2018 où le Castres olympique battait les Montpelliérains en finale de Top 14, avec dix-neuf points de leur ouvreur argentin (2T, 5P). Il y a trois semaines encore, lors de la victoire étriquée du CO sur la pelouse du GGL Stadium, Urdapiletta inscrivait encore onze des vingt et un points des siens, dont la transformation qui offrait la victoire au CO (21-19). Trop expérimenté, "Benja" sait qu’il faut sans cesse remettre son ouvrage sur le métier et s’attend à un tout autre match samedi soir, face à un MHR qu’il devine revanchard : "Ce n’est pas un avantage de les avoir battus il y a peu. Ce ne sera pas la même équipe, pas le même match. Déjà, on voit que des choses ont changé chez eux depuis notre dernier affrontement. Ils sortent d’un très gros match contre le Stade français, gagné avec le bonus offensif. Les Montpelliérains vont arriver confiants en ayant ciblé ce match. Ce sera une rencontre très âpre, car les deux équipes évoluent dans la même zone du classement. Mais c’est pour ce genre de matchs sous pression que l’on joue au rugby !"

Pour l’anecdote, cette réception du MHR pourrait aussi, en cas de succès, permettre au CO d’enchaîner un troisième succès consécutif à domicile après Agen et Bayonne… Ce serait la première fois cette saison que Castres réussirait pareille suite.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?