Béziers, la ligne rouge et bleue

  • Les Biterrois de Thibaut Bisman vont devoir retrouver un assise défensive solide. Photo Icon Sport
    Les Biterrois de Thibaut Bisman vont devoir retrouver un assise défensive solide. Photo Icon Sport
Publié le , mis à jour

En chute libre au classement après quatre défaites consécutives, les Biterrois doivent réagir dans leur antre ce soir, pour s’éloigner de la zone rouge.

Un pas en avant, deux pas en arrière. "Le groupe s’est beaucoup tourné vers l’attaque et malheureusement je pense, qu’inconsciemment, nous avons un peu délaissé la défense et ses fondamentaux. Alors qu’elle doit être le reflet de l’état d’esprit de notre équipe." En évoluant, les hommes de David Aucagne ont perdu leur ADN.

Plus séduisants offensivement, ils sont devenus perméables défensivement. Pour preuve, depuis la reprise, les Héraultais encaissent en moyenne 37 points et quatre essais par match (15e défense de Pro D2). Inimaginable à la trêve hivernale : « Nous prenons beaucoup trop de points en ce moment pour pouvoir gagner. On a donc beaucoup bossé la défense sur les dix derniers jours. »

En ciblant deux points précis à corriger, pour retrouver un équilibre collectif dans ce secteur. Le manager explique : « C’est avant tout un problème de redistribution sur la largeur. On n’est pas assez rapide et précis dans nos replacements et du coup, cela empêche notre ligne de monter haut et fort. Ensuite, il y a aussi un souci d’interventions individuelles. La limite est à 10 % de plaquages ratés et là, l’équipe est autour de 15 %. C’est trop. »

37 points encaissés par match en 2021

Alors, comment renouer ce soir avec cette force passée ? Aucagne : « Il y a un petit manque de communication sur le terrain selon les situations. On doit donc mieux se parler pour s’adapter plus vite en lecture. Nous devons également "switcher" plus rapidement entre l’attaque et la défense à la perte de balle. »

En crise de confiance après quatre revers consécutifs, les coéquipiers du capitaine Bisman sont dos au mur. Condamnés à réagir face à Valence-Romans, devenu depuis peu un concurrent direct dans la lutte pour le maintien (15e à cinq points des Héraultais). Un adversaire dont le technicien se méfie : « C’est une équipe solide sur les bases, qui s’accroche et qui peut s’appuyer sur de grosses individualités pour faire des différences. Ils ont gagné à Biarritz et ils peuvent donc être difficiles à manœuvrer si on ne met pas les ingrédients basiques dès le début du match. Surtout en défense… »

Un rendez-vous de la plus haute importance pour les locaux. Un succès leur permettrait de sortir de cette spirale infernale ; là où une défaite plongerait leur groupe dans les abysses du doute : « Nous parlons de la situation avec les joueurs. On n’est pas dans le déni, on est vraiment dans la situation présente pour que les gars se rendent compte de l’urgence. Il faut réagir ! » Défense de céder, la ligne rouge et bleue doit réaffirmer son autorité.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien LOUIS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?