Brive, barrage pour un « maintien serein »

  • Brive, barrage pour un « maintien serein »
    Brive, barrage pour un « maintien serein » Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après Agen, Castres et Pau, Brive peut-il encore s’imposer chez un concurrent direct ? Il a les armes pour et la dynamique en sa faveur. Un succès éclaircirait considérablement l’avenir corrézien.

« C’est un match du maintien qui nous attend à Bayonne. Il est obligatoire de le gagner. » Dès le coup de sifflet final de la victoire arrachée contre Toulon, le 31 janvier dernier, Jeremy Davidson avait déjà le regard tourné vers le Pays basque. Où les Brivistes peuvent effectuer un pas de géant vers « le maintien serein » comme le décrit Jean-Baptiste Péjoine.

« Ce sera un match à huit points, se projette Thomas Acquier. C’est une rencontre décisive. L’année dernière, ça avait été une bataille énorme. Bayonne va chercher à nous coincer et va s’accrocher. » L’affiche de dimanche ressemble à s’y méprendre à un barrage avant l’heure pour le CABCL : en cas de succès, il compterait provisoirement quatre victoires d’avance sur les troupes de Yannick Bru et ce, aux deux tiers du championnat ; s’il s’incline, il verrait les Basques revenir à moins de dix points, avec deux matchs de retard à disputer, contre Agen et à Toulon. Voilà pour l’enjeu, évident. Les Corréziens, désormais plus proches de la sixième place que de la position de barragiste, peuvent valider à Jean-Dauger leur épatant rebond hivernal, récompensé par six victoires en sept journées quand leurs rivaux n’ont plus gagné depuis le samedi 21 novembre, contre le RCT (35-29).

Un dernier succès en 2002

Cette dynamique corrézienne et l’état de santé de l’Aviron, en manque de rythme et de forces vives, autorisent l’espoir d’un succès là où les Noir et Blanc ne se sont plus imposés depuis le 14 décembre 2002 (26-28). Après douze revers sur les bords de la Nive, ils avaient farouchement lutté pour ramener deux points en décembre 2019 (6-6). Leur seul résultat positif de la saison à l’extérieur, l’an passé. Cette fois, avec déjà trois victoires à l’extérieur à Agen, Castres et Pau, Jeremy Davidson et ses hommes paraissent autrement plus armés pour relever le défi. « Le groupe a grandi en maturité », évoquait le technicien nord-irlandais. « On ne doute pas, c’est ce qui nous permet de finir par l’emporter à chaque fois en ce moment , ajoutait Joris Jurand.

À Jean-Dauger, Saïd Hirèche et ses partenaires vont étrenner leur statut d’épouvantail actuel du championnat : plus réguliers en conquête, efficaces sur les temps forts et surtout rois des dernières minutes, les Brivistes se savent attendus de pied ferme par Jean Monribot et ses partenaires.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent BISSONNET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?