Gervais Cordin, au nom du jeu

  • Le flamboyant arrière du RCT s’épanouit du côté de la rade, et confirme l’étendue de son talent au fil des rencontres. Photo Icon Sport
    Le flamboyant arrière du RCT s’épanouit du côté de la rade, et confirme l’étendue de son talent au fil des rencontres. Photo Icon Sport
Publié le

Aussi efficace que spectaculaire ballon en mains, l’arrière s’est imposé depuis 2019 comme un joueur indispensable sur la rade, à tel point que le club varois n’a pas hésité à lui proposer une prolongation, alors même qu’il lui restait plus d’un an de contrat.

D’un tchic tchac, d’une accélération ou d’un crochet droit foudroyant, Gervais Cordin est de ces joueurs que l’on paye sans réfléchir pour aller voir au stade. Et s’ils n’ont plus été autorisés à venir s’asseoir dans les travées de Mayol depuis près d’un an, les supporters toulonnais ne boudent pas leur plaisir à l’idée de voir un joueur aussi spectaculaire que "Gerc" porter les couleurs de leur RCT depuis l’été 2019. Du haut de son mètre soixante-dix, et bien aidé par 73 kilos de courage, le blondinet de Nuits-Saint-George est donc passé en moins d’un an et demi, de grand espoir du rugby français à joueur confirmé de Top 14, incontesté en rouge et noir, et même candidat au XV de France. "Est-ce que j’ai progressé depuis ma signature ? Sans le moindre doute. Toulon m’a fait confiance, et je me devais de leur rendre au double sur le terrain, nous confiait l’arrière en début de semaine. J’ai énormément grandi depuis ma signature, mais je ne dois pas m’arrêter là."

Sa principale marge de progression ? Accepter, quand le jeu l’impose, de sortir par le pied. "Je tape dans le ballon quand le jeu le nécessite, mais ce n’est pas un geste que je vais faire par instinct. Je joue souvent au feeling, et je préfère m’amuser à relancer, même si parfois je me trompe d’option…" Un axe de travail, donc, mais pas à n’importe quel prix : "Je pense qu’on va rarement me retrouver au cœur d’un ping-pong de cinq minutes, parce qu’à la moindre occasion, au moindre espace qui va me sembler exploitable, je vais initier une relance. Je préfère prendre une initiative qu’attendre une erreur de l’adversaire."

Désormais en contrat jusqu’en juin 2024

Dans un profil d’attaquant assumé, qui favorisera toujours une relance audacieuse à un interminable "kicking game" dénué de saveur, Cordin a donc confirmé les attentes placées en lui par Patrice Collazo en 2019. Et parce qu’il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, et qu’il sait que sa carrière est dans une phase ascendante, l’arrière de 22 ans a accepté en début de semaine la proposition de prolongation de contrat offerte par le club toulonnais. Désormais engagé jusqu’en juin 2024, alors même qu’il était encore sous contrat jusqu’en 2022, le Bourguignon compte ainsi poursuivre sa belle aventure varoise. "Le club est ambitieux, le groupe est chouette et j’avais cette volonté de m’inscrire dans la durée dans le projet RCT. Tout se passe pour le mieux sur et en dehors du terrain, et c’était une décision naturelle à prendre. Puis, le fait qu’on me propose de prolonger un an avant la fin de mon contrat m’a montré qu’on avait confiance en moi, que le club et le staff comptaient sur moi."

Avec cette signature, le club varois a donc verrouillé son électron libre, qui a prouvé à maintes reprises qu’il était capable de faire perdre la tête à n’importe quel défenseur du Top 14, d’éliminer un vis-à-vis dans une cabine téléphonique et de faire lever le public de Mayol à chaque instant d’une rencontre. De quoi renforcer sa confiance en "Gerc", qui aura de son côté la lourde responsabilité de continuer à faire danser ses adversaires ? Le Bourguignon tentera en tout cas de rendre cette confiance dès samedi contre le Stade rochelais, pour un match décisif dans la course à la qualification, où l’équilibre qu’il saura trouver entre coups d’éclats et sobriété pourrait faire basculer (ou non) la rencontre en faveur des Rouge et Noir.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierrick ILIC-RUFFINATTI
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?