Hilsenbeck : « Cette équipe, c’est la sagesse et la conviction »

  • "Cette équipe, c’est la sagesse et la conviction"
    "Cette équipe, c’est la sagesse et la conviction"
Publié le , mis à jour

L'ouvreur de Vannes analyse les raisons du succès du club breton cette saison, même s'il reste surpris par le statut de leader que le club occupe.

Dans quel état d’esprit êtes-vous avant ce déplacement à Aurillac qui sent le piège à plein nez ?

On veut continuer sur la dynamique qui est la nôtre actuellement, réaliser des performances que ce soit à l’extérieur ou à domicile et où, sans public, il n’y a pas de grande différence. Chez nous, il y a le même sérieux qui est là depuis le début de saison. Il y a beaucoup de qualité dans ce collectif qui travaille bien. Quasiment tout le groupe est apte à jouer, dont à postuler.

Aurillac reste-t-elle, à vos yeux, une équipe inconstante dans ses performances ?

C’est une équipe qui aime jouer de longues séquences de jeu, qui a une très grosse mêlée et une fois dans l’avancée, est capable de poser pas mal de problèmes à l’adversaire. Le staff a identifié quelques secteurs de jeu sur lesquels nous allons nous appuyer pour aller chercher la victoire.

Vous êtes à Vannes depuis quatre saisons. Vous avez donc suivi l’évolution de l’équipe. Qu’en tirez-vous comme enseignement ?

Au fil des saisons, l’équipe a gagné en maturité, mais surtout a trouvé un parfait équilibre. Le collectif est interchangeable. Un ou deux joueurs absents sur différentes lignes, ce n’est plus grave, parce que, derrière, il y a du monde qui fait le job. Je pense que c’est lié à la qualité de notre effectif, mais également à la qualité de nos stratégies, de notre fond de jeu. Il y a un socle qui constitue la base même du collectif. Le staff est aussi en place depuis trois saisons, nombre de joueurs le sont aussi. Je trouve que cette saison, une grande partie de cette effectif constitue les fondations de la maison RCV et les nouveaux joueurs se sont vite fondus dans le moule. Leur talent individuel apporte un plus au jeu. Notre niveau de jeu reste également linéaire grâce à cette profondeur de l’effectif avec un banc qui, souvent, a fait la différence.

Vannes seul leader après 18 journées de compétition, cela vous étonne-t-il ?

Nous sommes surpris d’être là, d’autant qu’en début de saison aucun club ne sait vraiment où il va. En y regardant de plus près, le volume de travail consenti aux entraînements, l’exigence du staff, de tout cela transpire une volonté. On sent un groupe soudé vers le même objectif. Les victoires en ce sens nous aident beaucoup.

Trois défaites, un nul en 18 journées, est-ce un parcours de futur champion ? En parlez-vous entre vous ?

Pour l’instant, ça ressemble à ça. Il n’y a pas eu d’objectif clairement défini par le club. L’objectif est de faire des bons matchs dans le contenu. Nous ne regardons pas le classement.

Le Top 14, cela ne vous chatouille-t-il pas les narines ?

Si bien sûr. Tout le monde à envie d’y aller. En proposant un rugby abouti, en se faisant plaisir. C’est difficile d’en parler parce que c’est aussi aux dirigeants du club de fixer les ambitions. Mais la route est encore longue d’ici la fin de saison. Ce qui nous guide, c’est la sagesse et la conviction.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Propos recueillis par Didier Le Pallec
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?