Poet : « Il faut savoir saisir les opportunités »

  • "Il faut savoir saisir les opportunités"
    "Il faut savoir saisir les opportunités"
Publié le

Demi d’ouverture de Colomiers, Sébastien Poet s'exprime sur la série noire que traverse actuellement les Columérins.

On vous a vu sortir avant la 50e minute à Biarritz, comment allez-vous ?

Je suis sorti car j’ai pris une béquille au quadriceps de la cuisse droite, au même endroit qu’à Perpignan. Mais je vous rassure, je vais bien.

Colomiers a enregistré quatre défaites en cinq matchs depuis début janvier dont deux revers à domicile (Vannes, Biarritz) sur des scores étriqués. Que manque-t-il pour que cela bascule en votre faveur ?

De la justesse technique. Nous avons vu à la vidéo en début de semaine qu’il nous manquait de la maîtrise pour faire basculer les matchs lorsqu’arrive le money-time. Il faut qu’on arrive à mieux gérer nos temps forts et nos temps faibles. À chaque fois qu’on marque des points, on ne doit pas en prendre tout de suite derrière.

Comment expliquez-vous ce manque de justesse technique ?

C’est une bonne question. Je ne sais pas en fait… Ce que je sais c’est que pour changer cela, il faut se mettre en confiance, continuer de bosser, être plus concentré et précis aux entraînements, et le faire aussi sur ce qu’on fait mal.

Le fait d’enchaîner les matchs comme vous le faites, sans pause, n’est-il pas aussi une des raisons ? N’y a-t-il pas une fatigue mentale en plus de la fatigue physique ?

Oui, il y a de la fatigue physique et de la fatigue mentale mais on se doit d’être prêt à chaque match pour tout donner. Alors, c’est sûr qu’en ce moment notre infirmerie est bien remplie, avec beaucoup de blessés (voir p. 16) et à certains postes on est beaucoup sollicité mais ce sont des belles opportunités qui nous sont données. Il faut savoir les saisir. Mentalement, il faut être fort. C’est en tout cas comme ça que je le vois.

Vous venez d’enchaîner huit titularisations consécutives au poste d’ouvreur, comment le vivez-vous ?

C’est mon objectif permanent de jouer tous les matchs, d’être régulier et bon à chaque sortie. Je dois profiter du temps de jeu qui m’est donné pour montrer ce que je vaux.

C’est votre quatrième saison à Colomiers et vous êtes en fin de contrat. Quels sont vos objectifs pour la suite ?

J’aimerais rester à Colomiers. Mais pour être franc, je ne pense pas encore à mon futur. Je préfère pour l’heure demeurer concentré sur les matchs qui arrivent.

En février, vous vous déplacez trois fois (Biarritz, Rouen, Nevers). Est-ce le moment pour retrouver un nouvel élan ?

Exactement, c’est le moment. On sait qu’on a perdu beaucoup de points en janvier. Nous n’avons pas réussi à tenir les objectifs que nous nous étions fixés. À nous de nous donner les moyens pour aller chercher les matchs à l’extérieur.

Pour finir, quel regard portez-vous sur votre adversaire du soir, Rouen ?

C’est une équipe dynamique, qui sait mettre beaucoup de rythme. Elle est joueuse, elle tente des choses et elle va très vite sur les extérieurs pour faire la différence. Si les conditions climatiques le permettent, cela devrait être un bon match à jouer.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Enzo DIAZ
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?