Toujours la même rengaine pour le Stade montois

  • Face à Montauban, les Montois de Léo Coly n’ont pas le droit l’erreur. Ils doivent s’éloigner de la zone rouge. Photo Icon Sprot
    Face à Montauban, les Montois de Léo Coly n’ont pas le droit l’erreur. Ils doivent s’éloigner de la zone rouge. Photo Icon Sprot
Publié le , mis à jour

L’objectif est inchangé pour le Stade montois. Une victoire lui est indispensable pour s’éloigner de la zone rouge.

Si les Montois ont réalisé face à Oyonnax une de leurs meilleures prestations de la saison, elle n’a pas débouché pour autant sur le résultat escompté. Deux nouveaux points abandonnés à domicile, pour un total de treize depuis le début de saison, ce n’est pas une bonne opération sur le plan comptable. Mais au moins ce semi-revers aura-t-il eu l’heur de rassurer sur la capacité des hommes de Patrick Milhet à se hisser au niveau des meilleurs, et sur la confirmation de l’esprit qui anime ce groupe. Plutôt de bonnes nouvelles avant de recevoir un concurrent qui se situe, peu ou prou, dans une situation similaire à celle des Montois.

Car à bien y regarder, derrière les cinq premiers qui caracolent en tête, tous les autres clubs, à l’exception de Soyaux-Angoulême largement décroché et à un degré moindre de Valence-Romans, naviguent dans une zone intermédiaire où tout reste possible. Pour s’en convaincre, il est bon de noter qu’à ce jour à peine neuf points séparent au classement britannique (le seul qui donne une photographie réaliste du classement) le sixième Colomiers du quatorzième Rouen. Pour tous ces clubs, si une victoire à l’extérieur représente une énorme bouffée d’oxygène, une défaite à domicile s’apparente immédiatement à une catastrophe.

Autant dire qu’il vaut mieux se déplacer que recevoir, d’autant que dans cette saison sans public, jouer loin de ses bases n’est plus vraiment un handicap, et chaque journée le confirme avec son lot de surprises.

De Mont-de-Marsan et Montauban, qui s’affrontent ce soir, c’est donc le club landais qui aura encore une fois une terrible pression sur les épaules. Car les Montois n’ont plus aucune marge de manœuvre pour sécuriser leur maintien, et ne peuvent plus se permettre le moindre faux pas sur leur terrain.

Ils seraient donc bien inspirés de passer l’écueil montalbanais sans trembler, d’autant que cette journée, en cas de succès, peut leur être doublement favorable en fonction des résultats d’équipes comme Béziers, Carcassonne, Valence-Romans, Aurillac, Rouen, ou Aix-en-Provence engagées comme eux dans la course au maintien.

Objectif zéro déchet

Pour cela, il faudra être capable de rééditer la prestation de la semaine dernière, en montrant plus de lucidité aux moments clé du match, tout en se méfiant d’un adversaire qui vient de faire tomber Perpignan il y a quinze jours et qui a donc de sérieux atouts dans sa manche.

Patrick Milhet, l’entraîneur en chef des Jaune et Noir, souhaite que son groupe s’inscrive dans la continuité du match face à Oyonnax : « C’est ce rugby que nous voulons mettre en œuvre. Il s’agit donc de rester sur la même intensité et la même ambition, tout en améliorant la gestion des différents moments de la rencontre. Mais il nous faut rester sur cette volonté de tenir le ballon et d’imposer notre rythme. »

Face à un adversaire doté d’un solide paquet d’avants et d’un Jérôme Bosviel maître canonnier et expert en occupation territoriale, Les Landais devront se méfier, en effet, de ne pas tomber dans un faux rythme qui pourrait leur être fatal. Mais il faudra pour cela être irréprochable dans les phases de conquête et de reconquête, et se montrer beaucoup plus précis dans la finition afin de ne pas gâcher les occasions qui se présenteront.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre Baylet
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?