Montauban à sa main

  • Les Montalbanais regroupés
    Les Montalbanais regroupés Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Jamais inquiétés par des Montois absents des débats, les Tarn et Garonnais ramènent leur premier succès de la saison en déplacement.

Les Montalbanais avaient bien préparé leur coup. Ils savaient les Montois fragiles à domicile et avaient flairé l’occasion d’enfin débloquer leur compteur de victoires loin de Sapiac. Ils n’auront pas eu beaucoup s’employer pour y parvenir, tant les locaux ont été indigents tout au long de la rencontre.

Vent dans le dos en première période, les hommes de Florian Ninard ont su très vite prendre le score, plongeant encore plus dans le doute leur hôte du soir. Il leur a suffi ensuite de confier à Jérôme Bosviel les clés du camion et de mettre la pression, le plus souvent au pied, sur des Montois totalement hors sujet et incapables de se révolter, pour remporter un succès somme tout facile, malgré un carton rouge reçu dès la vingt-troisième minute et un carton jaune encaissé en seconde période. Une infériorité numérique qui est quasiment passée inaperçue. C’est dire à quel point les vert et noir ont maîtrisé leur sujet. A la grande satisfaction de leur entraineur en chef : « Nous avons fait le match parfait à l’extérieur, en y mettant les ingrédients nécessaires, une bonne conquête, de l’engagement, de la solidarité. Le fait de prendre le score nous a aussi aidés. C’est bien parce que nous sommes enfin récompensés. Nous étions jusqu’à maintenant une équipe avec un visage différent à domicile et en déplacement. Ce soir, nous faisons tourner un peu la roue, mais il faut rester très humbles car tous les matchs sont difficiles. Mais si nous sommes capables de confirmer face à Rouen la semaine prochaine, alors d’autres perspectives s’ouvriront peut-être à nous. »
De fait, cette victoire replace les Sapiacains dans le groupe de ceux qui peuvent encore espérer jouer pour un accessit. 

A Valence le couteau sous la gorge

Les Montois, par contre, ont basculé définitivement du mauvais côté et sont dans une position de plus en plus défavorable. Le plus inquiétant, c’est qu’ils sont passés en une semaine d’un match plein de promesses au néant le plus total. Ils sont maintenant définitivement au pied du mur et vont pouvoir mesurer très vite leur force de caractère, puisqu’ils se rendront vendredi à Valence pour un match à la vie à la mort.

Il y a fort à parier, en écoutant le manager Patrick Milhet en zone d’interview, que la semaine soit un peu musclée du côté de la préfecture landaise : « Ce soir j’ai honte de la façon nous avons représenté ce maillot. Nous avons été suffisant alors que nous ne sommes pas dans une position qui nous permette de l’être. Pour combattre, le talent n’est pas primordial, et ce soir nous n’avons pas combattu. A ce jeu, on ne peut rien espérer si on ne met pas cela avant toute autre chose. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre Baylet
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?