Toulon, le coup de pompe

  • MA'A NONU of Toulon  during the Top 14 match between Toulon and La Rochelle on February 13, 2021 in Toulon, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Stade Felix Mayol - Toulon (France)
    MA'A NONU of Toulon during the Top 14 match between Toulon and La Rochelle on February 13, 2021 in Toulon, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Stade Felix Mayol - Toulon (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Privés de Carbonel, Serin, Paia’aua, sans même parler de Belleau, les Varois ne sont jamais parvenus à maîtriser leurs sorties de camp. Et sous pression dans leur moitié de terrain durant de trop longues minutes, les Toulonnais ont fini par céder.

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ? Alors imaginez quand il ne vous manque pas un, mais bien vos quatre ouvreurs ? Face au Stade rochelais, Patrice Collazo et son staff se sont en effet retrouvés à préparer un match sans Serin (XV de France), Carbonel (XV de France), Belleau (blessé au genou) et Paia’aua (suspendu), les quatre habitués du numéro 10, mais surtout les quatre joueurs en charge du pied dans le jeu courant. Rien de grave quand on sait qu’Isaia Toeava était disponible ? Sauf que s’il demeure élégant ballon en mains, l’ancien Clermontois a souvent montré ses limites au moment de sortir par le pied. Alors Patrice Collazo a une nouvelle fois dû se creuser la tête pour trouver des solutions, et c’est ainsi que le RCT démarrait la rencontre avec « Ice » à l’ouverture, et Nonu en premier relais. Et finalement, vous voulez qu’on vous dise ? Dans le jeu courant, les Varois sont parvenus à trouver des solutions, à breaker la meilleure défense du Top 14 et à créer du danger.

« Je fais quoi ? Je fais rentrer Ju Dupuy ? »

Sauf que s’ils sont apparus à l’aise dans le mouvement, les chefs d’orchestre Rouge et Noir ne sont jamais parvenus à maîtriser leurs sorties de camp. Et à ce petit jeu, quand on ne peut se donner de l’air en sortant de ses 22 par le pied, on s’expose à jouer constamment sous pression : une touche trop courte par-ci, trois pénaltouches non-trouvées par-là, et voilà que les Varois ne pouvaient renvoyer leurs adversaires d’un soir dans leurs pénates. « Il me manque des joueurs, je fais quoi ? Je fais rentrer Ju Dupuy ?, coupait Patrice Collazo, pas du genre à se plaindre sur son sort, même quand les doublons et les blessures le privent d’une quinzaine de ses ouailles. Je ne vais pas me cacher derrière les absents. »

Sauf que samedi, face à des Rochelais déjà adeptes de la possession à outrance, les Toulonnais ont trop souvent donné le bâton. « Je veux bien qu’on m’explique ceci et cela, mais quand on n’a pas les mecs, il faut trouver des solutions. Donc on en essaye certaines, et on l’a payé cash ce soir. Mais va continuer à chercher. » Vaincus mais pas abattus, les Varois devront désormais réagir sur la pelouse du Hameau. Mais avec quel numéro 10 ? Toeava ? Nonu ? Méric ? À moins que la solution ne passe par Marius Domon, ouvreur des espoirs qui s’est entraîné avec les pros cette semaine ? Les Toulonnais ont désormais une semaine pour sortir (par le pied ?) d’une spirale des deux défaites consécutives, qu’ils n’avaient plus connu depuis de très longs mois…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?