Watson éclaire l’Angleterre

  • Anthony Watson fut l’homme clé de la victoire bonifiée anglaise à Twickenham. Photo Icon Sport
    Anthony Watson fut l’homme clé de la victoire bonifiée anglaise à Twickenham. Photo Icon Sport
Publié le

Sans convaincre, le XV de la Rose a renoué avec la victoire grâce à une grande prestation de son ailier Anthony Watson. Si son attaque va mieux, l’Angleterre d’Eddie Jones a encore des progrès à faire.

À point nommé. Cette interception d’Anthony Watson intervenue à la 50e est venue d’abord aggraver la marque en faveur des Anglais, pour les mettre à 16 points de leurs visiteurs. Dès lors, le suspense n’a pas subsisté. Puis, elle est venue stopper net un remarquable temps fort italien. Le fait que la passe interceptée vienne de Paolo Garbisi, auteur d’un excellent match, ajoute du cruel dans le dénouement de cette rencontre. Car on croyait au groupe italien, mené à merveille par l’ouvreur et son compère Stephen Varney. Mais la lecture du jeu, ainsi que la belle course de 60 mètres de l’ailier vedette de Bath aura été décisive. Anthony Watson (47 sélections, 90 points) a été le fer de lance de cette attaque anglaise qui a montré du mieux suite au vide face à l’Écosse la semaine dernière (0 franchissement). Déjà en première période, le Lion (3 capes) avait conclu une belle action collective de première main d’un crochet intérieur. Ce doublé revêt d’une grande importance collective et individuelle : "Il était tranchant et très bon, complimentait à l’issue de la rencontre son sélectionneur Eddie Jones. Il a eu des moments difficiles après la Coupe du monde avec beaucoup de blessures, il n’était pas au top cet automne mais il s’est très bien entraîné récemment et il revient sans aucun doute à son meilleur niveau."

L’inspiration de May

Son regain de forme est arrivé à pic, tout comme le saut étonnant de Jonny May pour marquer peu avant la pause. Indéboulonnable de la sélection anglaise, "l’autre ailier" ce soir a encore une fois répondu présent quand l’occasion se présentait. Son entraîneur, aussi sévère soit-il, lui rendait un hommage à sa façon : "Il a sûrement regardé des vidéos de rugby à XIII ! En NRL c’est une manière récurrente mais très brillante de marquer." L’homme fort de Gloucester, rentré dans son club après trois saisons à Leicester, est ainsi devenu le deuxième meilleur marqueur de l’histoire de l’Angleterre avec 32 essais, passant devant Will Greenwood et Ben Cohen. Dans le rayon des points positifs, le XV de la Rose a aussi montré des signes d’amélioration en conquête. La première ligne, entièrement chamboulée, était constituée de Mako Vunipola et Kyle Sinckler, tous deux de retour, et Luke Cowan-Dickie. Pour sa première titularisation dans le Tournoi, le talonneur et membre essentiel des Exeter Chiefs n’a pas déçu, livrant une copie très complète sur le plan offensif notamment (14 courses, 59 mètres parcourus et 4 défenseurs battus, soit le meilleur de son pack). Le coaching d’Eddie Jones, affublé d’attentisme toute la semaine, a été payant, avec l’essai de Jack Willis six minutes après son entrée, et le grand dynamisme de Dan Robson, qui a tranché avec la prestation de Ben Youngs…

Des cadres en difficulté

Car tout n’a pas été parfait du côté anglais. Youngs mais aussi Owen Farrell (2 fautes de main et 2 pénalités concédées) n’a pas su contredire ses - désormais - nombreux détracteurs. Son irritation affichée devant l’arbitre de la rencontre M. Adamson est éloquente. Henry Slade, enfin, a manqué d’explosivité à deux moments cruciaux. Et tout l’édifice anglais est apparu en difficulté. Ou du moins, en deçà de ce qu’on peut attendre de l’équipe vice-championne du monde. Le manque de dynamisme en fin de rencontre est probablement imputable à l’absence de compétitions des Saracens en deuxième division anglaise, où évolue le tiers du XV de départ anglais. Le tenant du titre a encore un rythme à retrouver donc, un mental à forger et un collectif à créer.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?