Amateurs : vers une saison blanche pour une reprise normale en septembre ?

  • Match amateur dans le village de Vabre, deuxième série, championnat des Pyrénées
    Match amateur dans le village de Vabre, deuxième série, championnat des Pyrénées Laurent Frezouls / Icon Sport - Laurent Frezouls / Icon Sport
Publié le

Le bureau fédéral s’est donné un ultime délai d’une quinzaine de jours, afin d’éviter de décreter une saison blanche. Pourtant, celle-ci parait désormais inévitable. La FFR travaille d’ores et déjà pour qu’une reprise classique de la saison suivante puisse se faire.

La FFR veut gagner du temps avant de se résoudre...au pire. Autrement dit s’offrir une dernière chance de ne pas tirer un trait sur la saison 2020-2021... Vendredi, réunis en bureau fédéral, Bernard Laporte et ses équipes ont encore repoussé l’échéance fatidique : cette fois, ils ont fixé au 26 février 2021 la date de l’annonce de la reprise ou de l’interruption définitive des championnats fédéraux (masculins et féminins). À quinze jours de la décision attendue par les joueuses et joueurs des clubs de la Fédérale 1 jusqu’aux séries territoriales, l’optimisme n’est pas vraiment de mise. Le spectre d’une saison blanche, sans montée ni descente quelle que soit la division, est  désormais à craindre.

Les services de la FFR s’y sont résolus. Ils travaillent d’arrache-pied pour que celle de 2021-2022 puisse reprendre « le plus classiquement possible en septembre prochain », assure Bernard Laporte. D’ici là et pour répondre à la volonté du président - « une reprise de l’activité rugby au printemps, dès que cela sera possible » - plusieurs hypothèses sont sur la table même si le principe d’une Coupe de France semble écarté. 

Quelle(s) solution(s)? 

En lieu et place : des plateaux ou des tournois entre équipes voisines (pour limiter les déplacements) et de même niveau. « Nous osons espérer que le plus dur est derrière nous, et que les passionnés de rugby pourront retrouver le plus vite possible ce sport que nous aimons tant. » Mais ce week-end encore, Laporte ne voulait pas abdiquer : « Mettons toutes les chances de notre côté, en faveur d’une potentielle reprise des compétitions. Cela reste la priorité de notre institution. »

Comme pour le basket, le hand ou le foot, le monde amateur du ballon ovale subit de plein fouet les conséquences de la pandémie de Covid-19. Une situation qui devrait aboutir à la même conclusion que l’an passé : on arrête les compétitions. Cette fois-ci, ce sera sans montées. L’an dernier, en plein contexte électoral, la FFR avait procédé à des accessions mais sans relégation. Elle s’appuyait sur le fait que près des deux tiers des compétitions s’étaient déroulées. Cette saison, seulement deux mois de championnat ont pu se disputer. Trop peu pour en tirer des conclusions sportives...

Pierre-Laurent GOU
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?