Décision lundi pour France - Écosse

  • Teddy Thomas face à l'Écosse
    Teddy Thomas face à l'Écosse Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

L’apparition de cas positifs chez les français est surveillée de près par l’organisateur du 6 nations. Forcément, l’idée d’une vague de contaminations qui se propagerait dans les rangs du XV de France inquiète tous les acteurs du rugby français et européens. De quoi menacer la tenue de France-Écosse, dimanche prochain au Stade de France (16 heures) ? Pas encore.

Dans le cas le plus extrême d’une contamination massive chez les joueurs, le staff du XV de France aurait encore la possibilité de convoquer 31 joueurs entièrement renouvelés, et n’ayant donc pas encore participé à la vie des Bleus dans ce Tournoi, afin de s’assurer un groupe « sain ». Pas idéal, certes, à quelques jours d’un match important. Mais moindre mal et qui rendrait alors possible la tenue du match.


Pour une solution plus mesurée, si des cas positifs venaient à apparaître chez les joueurs après les tests de vendredi, le comité des 6 nations devrait attendre avant de se prononcer. De nouveaux tests devraient être commandés pour les joueurs rejoignant le CNR de Marcoussis dimanche. En fonction de ces seconds résultats, une décision devrait être prise sur la tenue du match France-Écosse dans la journée de lundi.


À l’heure où nous écrivons ces lignes, une solution de précaution serait préconisée par l’organisateur de la compétition : imposer à la FFR d’exclure tous les joueurs testés positifs mais aussi tous les cas suspects, pour éviter les prises de risque. Et les remplacer dans le groupe de 31 par des joueurs n’ayant pas participé jusqu’ici aux rassemblements du XV de France, depuis fin janvier. Une manière de sécuriser la tenue du match France-Écosse et la poursuite du Tournoi.

À la faute, les Bleus hors protocole


Sur ce sujet, la FFR est sous tension et attend avec une certaine anxiété les résultats de vendredi. Pour des raisons sportives, d’abord. Mais aussi pour des raisons administratives. Car la concomitance des cas positifs chez France 7 est pour le moins embarrassante : selon nos informations, en faisant appel aux joueurs «septistes» pour les entraînements à Nice mais aussi à Marcoussis, il y a une semaine, les Bleus se sont placés hors du cadre réglementaire du protocole sanitaire qu’ils avaient signé, fin janvier, et qu’ils s’étaient engagés à respecter.
En effet, les engagements pris pour une bulle sanitaire stricte n’ont ici pas été respectés. Et si, dans les heures qui viennent, des cas positifs venaient à apparaître chez les joueurs, c’est toute la FFR qui pourrait se retrouver dans l’œil du cyclone. Jusque dans les sphères ministérielles.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?