Sur le départ, Betham veut soigner sa sortie

  • Peter Betham sera titulaire, ce week-end face à Bayonne, pour la première fois depuis le 4 décembre 2020.Photo Vincent Duvivier
    Peter Betham sera titulaire, ce week-end face à Bayonne, pour la première fois depuis le 4 décembre 2020.Photo Vincent Duvivier
Publié le

En fin de contrat à l’ASM, le trois-quarts polyvalent australien ne sera pas conservé à la fin de la saison. Une nouvelle qu’il prend avec philosophie.

Peter Betham pose un regard philosophe sur ses années clermontoises et cette saison en cours, où l’ASM sait être tantôt brillante, tantôt indigne. Sur ces sujets, quand on l’interroge, il martèle le mot "équilibre". "Les départs ces dernières saisons de gens comme Damien Chouly, Benjamin Kayser, Nick Abendanon, Isaia Toeava ou Davit Zirakashvili ont bousculé les équilibres du vestiaire. Il faut trouver de nouveaux équilibres pour être pleinement performants et cela peut prendre un peu de temps." À propos de la rencontre face à Bayonne qui se profile, samedi à Marcel-Michelin, où on jurerait que les Basques s’avancent avec bien peu de chances ? "Ce match sera une question de mental et d’état d’esprit. À ce sujet, il faut qu’on trouve un équilibre dans notre saison. On ne peut pas être parfois pleinement en alerte et motivés quand on joue une équipe du haut de tableau puis, la semaine suivante, relâcher notre investissement sous prétexte qu’on affronte une équipe du bas du classement. C’est vraiment l’approche mentale de ce match qu’il faut qu’on soigne. Rien à voir avec le physique, qui est si souvent mis en avant dans le rugby."

La voix d’un sage ? Plutôt celle d’un joueur qui a pris de l’âge. À désormais 32 ans, Betham a appris le recul nécessaire à la bonne lecture des situations, celle qui vous guide vers les bons enseignements et l’amélioration.

Peu utilisé, à la recherche d’un nouveau club en France

C’est vrai pour l’analyse qu’il fait de la saison de son équipe. C’est aussi vrai à titre personnel. Avant de réapparaître sur les écrans radars du Top 14, il y a deux semaines face à Lyon (remplaçant, il est entré 31 minutes en jeu), Peter Betham était porté disparu depuis deux mois et la réception de Montpellier, le 4 décembre 2020. Le joueur n’était pourtant pas blessé. "Le coach fait ses choix et il faut les respecter. Je ne dis pas que c’est toujours drôle et facile à vivre, surtout quand les gros matchs arrivent, comme la Coupe d’Europe et que vous ne figurez pas dans le groupe. Cela reste une déception mais je ne suis plus un jeune joueur. Avec l’âge, j’ai appris à comprendre ces choses." Que comprend-il, alors ? "Que le club travaille à faire émerger de nouveaux joueurs, qu’il prépare l’avenir. Et je n’incarne pas l’avenir."

En fin de contrat en juin prochain avec l’ASMCA, qu’il avait rejoint en 2017, Peter Betham ne sera effectivement pas prolongé. Après plusieurs discussions à ce sujet avec Franck Azéma, le club le lui a en effet annoncé. Pour lui, cette fin de saison 2020-2021 seront ses derniers mois en jaune et bleu. Et là encore, il accueille la nouvelle avec philosophie. "Je l’ai dit, je ne suis plus un jeune joueur et je ne représente pas l’avenir du club. Je peux comprendre leur choix. Quoiqu’il arrive, mes quatre années ici auront été merveilleuses. Je vais quitter le club sans regret et sans amertume." En quête d’un nouveau challenge, Betham scrute d’abord en France, où il aimerait demeurer. "J’ai déjà quelques pistes, des discussions qui avancent. C’est flatteur, quand on a 32 ans, de voir que des clubs de Top 14 s’intéressent encore à vous." Bayonne et Pau, notamment, travailleraient à sa venue.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?